300 semaines, vain dieu !
Par Ze Fred , le 18 juin 2013

La crotte-nique à Ze FRED

Oh putain ! 300 conneries éditées dans le Coq ! Je ne compte que les miennes mais si on additionne tout… Pour le coup, je ne vais pas faire mes crottes habituelles. Je vais tenter de me hisser au niveau des vrais chroniqueurs de cette gazette virtuelle. Moi qui aie un avis sur que dalle, ça va me changer. Je vais tâcher d’être à la hauteur.

L’actualité est riche, ce qui n’est pas mon cas. Bref, le PDG d’Orange veut me couper interniet car je n’ai pas encore payé ma facture. C’est là qu’on voit que les grands voyous d’aujourd’hui n’ont plus la grandeur d’âme et la bienséance des bandits d’autre fois. Ah ! Jules Bonnot, si tu savais comme tes coups de flingue nous manquent !

Les néo-nazis Grecs et leurs alliés conservateurs ont fait preuve d’humanisme, en approuvant la fin de la télé publique. Mais s’ils avaient eu vraiment des couilles, ils auraient demandé, aussi, la suppression des télés privées. Mais, hélas, il y a le net où s’expriment des millions de démocrates indignés. Ils regardent, sur leur écran d’ordinateur, le temps qu’il fait, alors qu’il suffit de jeter un œil par la fenêtre. Ce qui caractérise les nazis Grecs, c’est leur attachement au folklore. Ils sont presque tous pédés. Par conséquent, quand ils s’enculent, ils ne ratonnent pas. C’est ça qui les rend sympathiques.

Si ces enfoirés de cosmopolites et d’apatrides pacifistes l’avaient emporté avec le « oui » à la constitution européenne, en 2005, on n’aurait pas, aujourd’hui, la possibilité de manifester contre le fascisme. Pour pouvoir devenir antifasciste, il faut qu’il y ait des fascistes. Sinon, ce n’est pas drôle. Tant que l’Europe se contentera d’être un assemblage de nations, on aura toujours le privilège de manifester contre les vagues brunes qui traversent notre vieux continent. Mais, brune ou non, la vague est l’avenir du surf…

On le sait, notre vieille France connaît une morosité sans précédent. Il paraît que la VIème république va lui apporter bonheur et sérénité. Mais, la routine reprendra le dessus. De nouvelles élites ou de nouveaux prédateurs imposeront leur diktat et il se trouvera d’aimables simplets pour nous dire : « Il faut une VIIème république ! ». Ca prouve que la république est à jeter aux oubliettes.  Du temps de l’ancien régime, l’espérance de vie était courte. Le serf, contrairement au seigneur, était chanceux car il n’avait pas le temps de s’ennuyer. Il ne connaissait donc pas le problème de l’allongement de la durée de cotisation pour la retraite. Il construisait de jolis châteaux et non des hospices pour grabataires se chiant dessus. On ne savait soigner aucune maladie et l’acharnement thérapeutique n’existait pas. Aujourd’hui, seule une bonne épidémie de peste insoignable pourrait nous apporter une prospérité durable…

Sinon, chaque semaine je lis les chroniques des collègues du Coq mais j’y pige que dalle car je ne suis pas l’actualité. De plus, je n’ai pas d’éthique…

Le saviez-vous ?

Le pavé au yaourt que l’on prépare, chaque année, pour le mois de mai, dans le quartier latin, va devenir un plat national. La recette est simple. Il faut un pot de yaourt, de l’huile, un œuf, de la farine, de la levure alsacienne et du gravier.

Vous prenez un saladier, vous y versez le yaourt, vous rajoutez 3 pots de yaourt de farine, 1 pot d’huile, 3 pots de gravier, l’œuf et la levure. Vous touillez  pendant 1 heure. Vous versez le tout dans un moule cubique.Vous le mettez au four et vous l’oubliez. Lorsque vous sentez, au bout de 4 heures, une bonne odeur de cramé, Le pavé est à point. Sortez-le, laissez refroidir et démoulez. Une fois qu’il est bien frais et bien dur, vous pouvez l’emmener avec vous.

Arpentez les rues de votre ville, un jour du joli mois de mai, cherchez un flic. On en trouve encore devant les écoles, pour faire traverser les mioches ou devant la préfecture. Une fois que vous l’avez trouvé, jetez sur lui votre pavé au yaourt en hurlant : « CRS SS ! ». Il ne vous en voudra pas car il n’est pas CRS et vous, vous aurez fait en sorte que cette tradition chère à ce mois de printemps soit sauve !

Les courtes à Ze

– ?
– !
–  …
– Prout

par Ze Fred

# [Les derniers articles de Ze Fred]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette