7 ans de bonheur (part.23)
Par Patrick Font

FONT a de la mémoire


L’hiver 1963 fut assurément marqué par l’enregistrement d’un disque 45-tours dans une petite maison de production à l’usage des écoles et autres mouvements de jeunesse. Par un bel après-midi de janvier, un représentant de cette maison pénètre dans la classe, sous le sourire narquois du directeur.

Il me présente un catalogue proposant des chansons  » pour la jeunesse « , parmi lesquelles on peut repérer des titres tels que: »Il était un petit navire », ou encore « Ne pleure pas Jeannette », jolies chansons certes, mais un peu rabâchées tant dans les écoles qu’en colonies de vacances. Les gosses, c’est évident, sont accrochés par le style yéyé, qui n’a rien à voir avec « En passant par la Lorraine ». Mais les productions pour la jeunesse sont plutôt débranchées dans ce domaine. Feraient bien d’emboîter le pas de la bande dessinée qui, là, se surpasse depuis 1930.

-Mais, lui dis-je, sous le sourire narquois du directeur, on a tout ce qu’il faut ici, et on n’a pas besoin de disques pour chanter.
-Ah bon ?
-On va vous montrer, dit le directeur sans se départir de son sourire narquois.

Alors, je demande aux élèves de monter sur l’estrade où nous répétons habituellement. Et, guitare en mains, j’accompagne deux ou trois chansons puisées dans le répertoire contemporain. Dont notre chanson fétiche: »Noël de l’an dernier », des Chaussettes noires.

Le représentant en disques scolaires est visiblement impressionné.

-Oh mais, s’exclame-t-il avec enthousiasme, il faut venir chez nous!
-Sur ces mots, les yeux des élèves se changent couples de billes, et je sens battre quelque chose dans ma poitrine. Quant au directeur, il résume la situation en deux mots:
-Alors là !…

Un mois plus tard, boulevard de l’hôpital à Paris, la classe s’engouffre dans un local au centre duquel trône un micro. Et commence une séance fastidieuse, qui exige des reprises, et provoque de la fatigue chez ces mômes qui s’appliquent à bien chanter parce qu’enfin, un disque, rendez-vous compte, c’est un moment historique. En fin d’après-midi, séance terminée, tout le monde s’affale par terre pour souffler. Et je suppose que la nuit à venir sera lourde d’un sommeil largement mérité.

Dire que je suis heureux serait un euphémisme. En quatre mois, nous avons créé un groupe de juniors capable d’affronter un public, pas seulement composé de parents. Et puis, pour couronnement de cette réussite précoce, un 45-tours… Il faut dire qu’à cette époque, le 45-tours est une espèce de folie qui draine les jeunes clientèles chez les disquaires où l’on fouille fébrilement les bacs, et d’où l’on ressort avec un trésor dont on a longtemps rêvé.

Le disque sera distribué à la rentrée prochaine, malheureusement je travaillerai dans une autre école, pour une année scolaire chez des cas sociaux.

A suivre…

SPECTACLES
dimanche 16 novembre, CALAMITY JANE, LE PROCES, à 17 h au Forum Léo Ferré. 11 rue Barbès, 942OO. Ivry-sur-Seine. 01 46 72 64 68.
Métro: ligne 13, Porte d’Ivre ou Pierre et Marie Curie. Tram 3, station Porte d’Yvry.
Réservations: resa@forumleoferre. org

par Patrick Font
# [Les derniers articles de Patrick Font]

La une de Charlie