7 ans de bonheur (part.25)
Par Patrick Font

FONT a de la mémoire


L’Algérie est indépendante. Moi qui me suis fait réformer pour ne pas y aller, je n’ai pas voté au référendum, et j’en ai honte. J’avais décidé, dès l’âge de la majorité, de ne jamais aller dans l’isoloir, à l’image de Brassens et Ferré, qui dénigraient toutes les autorités. Ces deux-là, ils auraient pu se travestir en majorettes, j’eusse acheté deux tutus et des croquenots de danseuse. Quand on admire, on copie, du moins momentanément. Puis, insensiblement, petit à petit on trace son propre chemin mais ce chemin n’aurait pas existé s’il n’y avait eu les détonateurs, les allumeurs d’étincelles, qui vous donnent une seconde naissance.

Les Pieds-Noirs débarquent à Marseille en nombre suffisant pour secouer le pays partagé entre le réflexe hospitalier et l’esprit OAS. Ignorant tout des affres de l’exode, on s’en fout un peu, faut le dire, après tout que chacun se démerde. On s’en tape, jusqu’au jour où une circulaire traverse les écoles pour nous signifier notre possible mise à l’écart, vu que les enseignants d’outre méditerranée ont priorité, surtout les titulaires, or je ne suis pas titulaire, loin de là. Je ne suis que « remplaçant ».

Notre directeur est en colère. Par un matin de septembre, il m’emmène au bureau de « l’inspecteur départemental de l »enseignement primaire » afin de m’éviter une éventuelle mise à pieds. Visiblement embarrassé, l’inspecteur me propose un poste dans une école d’Aulnay-sous-bois, en précisant:

-C’est use classe de perfectionnement, avec des cas sociaux, et c’est très dur, il faut beaucoup d’expérience.
Le directeur me conseille d’accepter, c’est la seule façon de rester dans l’enseignement.
-Et puis, on vous remettra dans une classe normale.
Ah mes drôles, quel fantastique merdier !…

Une dizaine de mômes, loubards précoces, amateurs de la danse de saint Guy, morve au pif, distributeurs de ramponneaux, ou ramponnots, je ne sais plus l’orthographe, eux non plus. Quand nous montons en classe au quatrième étage, ils entonnent la Marseillaise, allez savoir pourquoi. Ils font un potin d’enfer en martelant les escaliers, puis la meute s’engouffre dans la classe en se balançant des insultes à base de bites et de trous du cul, c’est très fin et printanier…

A suivre…

SPECTACLES
dimanche 16 novembre, CALAMITY JANE, LE PROCES, à 17 h au Forum Léo Ferré. 11 rue Barbès, 942OO. Ivry-sur-Seine. 01 46 72 64 68.
Métro: ligne 13, Porte d’Ivre ou Pierre et Marie Curie. Tram 3, station Porte d’Yvry.
Réservations: resa@forumleoferre. org

par Patrick Font
# [Les derniers articles de Patrick Font]

La une de Charlie