Adieu Maître Capello !
Par Naqdimon Weil , le 9 février 2016

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

Osons la réforme !

Oui, vous l’avez bien lu, malgré toutes mes naturelles préventions contre chaque décision de ce tragique gouvernement socialo-écologiste, même si je ne puis croire qu’une idée digne de ce nom puisse naître derrière les crânes épais des édiles solfériniens, bref, à l’inverse de la raison, de la logique, du bon sens et de la Science, je soutiens fermement la nouvelle réforme de l’orthographe française. Tout d’abord parce que cette réforme n’est pas issue de la navrante pensée gauchiste mais d’une belle et bonne décision venant de l’Académie Française, qui ne peut pas être conçue comme une dangereuse officine internationaliste, même par les plus suspicieux. Et parce qu’elle fut mise en place pendant l’âge d’or de la République, quand le Président Sarkozy tenait d’une main ferme et douce le gouvernail de la France sur les rails du triomphe et de la grandeur.

Alors, je le dis et le redis. Osons briser les icônes des stylistes, foulons aux pieds les vases sacrés des grammairiens, déboulonnons les statues des linguistes, car ils ne sont que les gardiens de vaches des mots du Français, et non leurs maîtres et protecteurs. La langue doit être simplifiée, dépoussiérée, améliorée, facilitée, afin de la rendre plus pratique. Je sais que d’aucuns s’étonneront de me voir ainsi vouloir abaisser la langue de Molière pour la ramener à celle de Patrick Sébastien. J’imagine que d’autres me voueront aux gémonies pour accepter sans ciller la suppression du « i » d’ognon et accepter gaîment le retour du « f » à nénufar. Je peux comprendre cette incompréhension.

Mais, foin de savantes amusettes, permettez-moi de dissiper tout de suite le malentendu qui pourrait s’installer entre mon amicale personne et mes plus fidèles lecteurs. Si j’approuve avec force cette réforme orthographique, je ne l’approuve pas pour tous. Oui, je veux bien admettre la suppression de quelques accents circonflexes, l’ajout ou la disparition de quelques doubles consonnes et la graphie fantaisiste de certains mots traditionnels, mais uniquement pour les pauvres, les ouvriers, les mahométans et les allogènes divers. Comme ça, il sera plus simple de repérer les agents des puissances étrangères et les syndicalistes aux origines discutables. Quand la police nationale voudra confondre un espion ennemi ou repérer un agitateur gauchiste, il lui suffira de leur faire faire une simple dictée niveau CM2 pour les saisir au col.

Quant à la langue française et sa parfaite orthographe, elle va demeurer entre les mains de ceux qui savent l’utiliser avec finesse et grâce. Entre gens du beau monde, nous conserverons le beau langage et la belle graphie, comme un trésor national qui ne peut être partagé avec le tout-venant et le premier venu.  Les écrits de l’élite de la Nation seront alors des exemples qui se donneront dans les écoles, afin de montrer aux pauvres et aux étrangers qu’il est possible de bien écrire, mais que pour cela, il faut le mériter. De même qu’en des temps glorieux, la couleur jaune était réservée à l’Empereur de Chine sous peine de mort, le bon Français du regretté Grevisse sera à l’usage unique de ceux qui sont dignes de l’utiliser, les fiers et indomptables descendants de Vercingétorix et de Bossuet !

Les plus vétilleux d’entre mes aimables lecteurs me rétorqueront que les autres membres de la pitoyable francophonie pourraient s’émouvoir de cette sévère décision. Certes. Mais que l’on me permette d’être parfaitement clair. En tant que fondateurs et justes propriétaires de notre bel idiome, nous n’allons tout de même pas prendre en compte les opinions de quelques peuplades à peine sorties de la barbarie ou les avis des Belges et des Suisses auxquels nous accordons généreusement l’usage de la langue française, la plus belle et la plus subtile du Monde.

La semaine prochaine, nous passerons en revue les façons d’exprimer notre mécontentement envers notre voisin germanique, allant de la remontrance diplomatique à l’attaque thermonucléaire.

 

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

DCL - Déssinez créez liberté