Aimer le sport
Par Thierry Rocher , le 20 octobre 2015

Thierry ROCHER renvoie la censure

Après la performance de l’équipe de France de rugby qui a réussi à mettre 13 points aux All Blacks, alors que les Bleus n’ont pas pu jouer à plus de quinze, je me suis posé quelques questions sur le sport, côté pratiquant et côté spectateur.

Côté pratiquant, c’est vite vu. A titre personnel, je ne pratique pas car je n’aime pas spécialement souffrir, et l’effort sans des subsides, ce n’est pas pour moi ; le plaisir étant ailleurs en ce qui me concerne.

Le sport, c’est donc le spectacle, et c’est ce côté-là qui intéresse le plus grand nombre. Mais peut-on parler de spectacle sportif sans éthique ? Tous les jours, les discours préfabriqués par les sponsors nous disent que non, alors que si on arrête l’hypocrisie, on répond : oui bien sûr.

L’éthique dans le sport existe quand qu’il n’y a aucun enjeu financier. Il faudra attendre un certain temps pour que des scandales de fric ternissent l’image de la pétanque et du curling.

Les sociétés qui financent le cyclisme ont-elles réellement un regard critique sur le dopage scientifique organisé dans bon nombre de pays, plus tiède chez nous, quand on leur met sous le nez les chiffres d’audience du Tour de France ou le monde touché par la pu sur le bord des routes ?

On cite toujours le cyclisme mais le dopage pourrait toucher aussi le foot, le rugby ou le tennis si des contrôles sérieux étaient organisés. Pour éviter le dopage, quoi de mieux que l’absence de contrôles ? Mais la créatine à tous les repas, ce n’est pas du dopage. Vive les bibendums !

Et la santé des protagonistes, est-ce que ça intéresse du monde ? Quand on voit les monstres physiques qu’a engendré le rugby moderne et les séquelles que devront subir un nombre grandissant de joueurs, on peut se demander à quel moment la raison va finir par intervenir ?

Ce qui est important, c’est que tous les scandales n’empêcheront pas les supporters de suivre la meute. Tout comme les électeurs de Levallois se contrefoutent des escroqueries commises et continuent à élire Balkany, les amateurs de foot peuvent découvrir les magouilles et détournements de fonds à tous les niveaux sans être offusqués plus que ça. Que sur les 22 membres du comité exécutif de la FIFA, trois ont été suspendus, trois mis dehors à vie, dix « soupçonnés de corruption », pas grand monde ne s’en émeut. A l’arrivée, plus le spectacle est beau, moins les questions se posent, et plus le sport génère de fric, plus le silence est facile à acheter.

Est-on loin du sport ? C’est juste une question de vocabulaire. Il faudrait sans doute trouver un nouveau nom. Pour ne pas vivre dans le souvenir.

Mais sans la nostalgie, aurait-on l’absence de lucidité pour se délecter des rassemblements ludiques qui rappellent les rendez-vous sportifs marquants de l’enfance ?

Le monde de l’argent se nourrit toujours, sans vergogne, de la naïveté.

Par Thierry Rocher

Les 2 anesRetrouvez Thierry au Théâtre des 2 Ânes, et n’oubliez pas : thierryrocher-leblog.com

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette