Bande De Salauds
Par Anthony Casanova , le 3 mai 2016

Anthony CASANOVA est politiquement correct

Anthony Casanova par BabouseParmi le nombre de questions sans réponse que l’Homme moderne, dans l’insouciance de son temps libre, se pose entre la poire et le fromage, il doit bien y avoir celle-ci: «Combien y a-t-il de dictatures dans le monde?» Oui, c’est bien vrai ça, combien d’hommes vivent sous le joug d’un gouvernement liberticide?

En disant cela, je mets en garde les amis des complots qui s’imaginent que les démocraties sont des «dictatures masquées». Une «dictature masquée», il n’y a pas plus con que cette expression. Chers amis paranoïaques, une dictature n’avance jamais masquée, elle n’a pas besoin de se farder d’un loup superflu pour obliger les hommes à obéir. Mais revenons-en aux vrais dictatures qui ont autant d’opposition qu’il y a de jus de grenadine dans un Figeac Saint-Emilion. A la va-vite, citons la Chine, le Maroc, Cuba, le Soudan, l’Arabie Saoudite, l’Iran, le Yémen… je vous laisse compléter la longue liste au gré de votre culture géopolitique.

A la fin de cet inventaire, l’Homme moderne se pose la question qui va de pair avec la première: «Combien y a-t-il de conflits armés?» Un souffle désabusé l’envahit en songeant: «bien plus encore qu’il n’existe de dictatures…» et il a raison. A cet instant précis, l’Homme moderne se demande que peut bien faire le citoyen d’une démocratie pour venir en aide à son «frère» opprimé? Une pétition? Le Boycott? Des manifestations?

C’est sous cette impulsion que fut lancée la campagne « Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) » qui appelle à agir contre… Israël. Pourquoi, me direz-vous? Il y en a des «conflits» sur notre planète, alors pourquoi eux et pas les autres? Pourquoi seulement Israël, et non Israël et tous les autres? Pour trouver la réponse, essayons de réfléchir au particularisme israélien qui n’existe pas dans tous les autres pays que l’on pourrait « boycotter »?

Je vous laisse le tic-tac accompagnant l’attente avant la réponse. Hésiteriez-vous à répondre? Allons un effort!
Seul, gêné par la solution qu’il s’apprête à offrir aux oreilles de ceux qui n’osent répondre, un honnête homme murmurera: «des Juifs?» BINGO! Le Proche-Orient est le seul lieu sur Terre où un conflit, une guerre, a pour adversaire des Juifs. Là, l’ahuri qui milite pour BDS ressort son blabla  pour dire qu’il ne faut pas confondre antisionisme et antisémitisme… Ben voyons! C’est « amusant » qu’il n’y ait que pour Israël qu’il existe un mot, antisionisme, pour exprimer une opposition systématique à la politique d’un pays. Le jour où les mêmes pourfendeurs d’Israël militeront pour que l’on soit économiquement tatillon envers tous les pays qui posent problème…  là, je ne penserais plus que l’antisémitisme se planque sous de telles initiatives. Mais en attendant, je persiste et signe.

Israël vit entouré de pays qui souhaitent sa disparition. Est-ce une raison pour ne pas être critique envers sa politique? Non. Mais si la politique coloniale israélienne est un frein au processus de paix ça ne l’est pas plus que d’avoir à ses portes des groupuscules terroristes financés par des dictatures plus ou moins proches. Le jour où les dictatures antisémites qui entourent Israël se pacifieront, nous pourrons espérer que la Palestine devienne un beau pays avec de jolies frontières que l’intelligence des hommes, et de l’économie, finiront par faire disparaitre.

Mais les investigateurs de BDS se fichent de la paix, ce qu’ils veulent c’est surfer sur la vague du communautarisme et, sans le revendiquer, importer le conflit israélo-palestinien en France. En réalité, ils ne combattent pas la politique israélienne mais l’existence même de ce pays.
La dernière question que pourrait se poser l’homme «moderne», c’est de savoir si c’est le théâtre de Dieudonné, «La Main d’or», qui servira de siège social à la campagne BDS, et surtout combien de temps faudra-t-il à la gauche pour se dresser contre l’antisémitisme de sa « grande famille » politique?

par Anthony Casanova

# [Les derniers articles de Anthony Casanova]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette