Bourreaux de mes thunes
Par Christophe Sibille , le 16 avril 2013

Christophe SIBILLE l’homme au micro

« Nous traversons une triple crise : morale, politique, financière ». Voilà, ça, c’est dit. En sus de la crise de foie que je me tape aujourd’hui suite à l’ingestion d’une quantité fort exagérée d’un jus de raisin légèrement fermenté provenant, si ma mémoire, altérée même si moins que mon gosier hier soir, ne me joue pas de tours, de la région de Valence. Ou un peu plus au sud, je ne sais plus.

Un peu plus au sud !! Ca me rappelle la première fois que je me suis trouvé allongé à côté d’une créature. Du sexe aussi opposé structurellement que proche circonstanciellement !! Ca se passait un peu avant le début du dernier quart du siècle dernier, c’est vous dire si ma mémoire revient vite. Alors que ma main encore malhabile explorait fébrilement les rondeurs naissantes de ses hémisphères pectoraux, elle me murmura à l’oreille d’un ton tendre, bien que sans appel : « pas plus au sud ». J’obtempérai, le cœur presque aussi serré que ma queue dans mon slip. Ce fut mon premier râteau. Mais ce qui ne nous tue pas nous rendant plus forts, je supportai nettement mieux les 375 suivants.

Oui, aujourd’hui, je suis donc au cœur d’une quadruple crise. Car ma tête, mon foie, mes jambes et ma mémoire sont martyrisés par l’alcool ingéré pour fêter le départ de cette vallée de larmes d’une sale personne. Qui, elle, avait fini par totalement perdre la sienne. De mémoire. Mais moi, je n’oublie pas ces moments. Ceux où la Maggie a regardé crever des militants. Seulement pour ne pas qu’on la traite de pédé. Et aussi, laissé crever la dalle à des mineurs sous-payés, parce que, ma bonne dame (de fer), les salaires mirobolants de ces privilégiés, c’est pas bon pour la City. Salope. Elle avait rencontré, un peu avant cette époque, Denis Thatcher, un divorcé de milieu aisé. Celui-ci recherchait une relation stable et sûre, tandis qu’elle quêtait un mari qui pourrait subvenir à ses besoins pendant qu’elle se consacre à la politique. Quel beau couple moderne, les burnes et la Thune !!!! Et elle s’obstina à nous les exhiber dans son credo, « on ne doit qu’à soi-même de réussir ou d’échouer ». Remarquez, au bout du compte, elle n’avait peut-être pas complètement tort ; elle a fini par tellement bien réussir son Alzheimer qu’on n’a pas échoué à l’oublier presque totalement jusqu’à sa mort.

Bon, je ne me reconnais plus !! Moi, plutôt gentil, avouez !! Jamais un mot plus haut que l’autre !! Ne serait-ce que pour l’aisance de lecture, déjà !! Vous rendez-vous compte des horreurs que vous m’obligez à écrire ? Mais, vraiment, je gerbe de plus en plus épidermiquement sur ce que leur pulsion pour l’aubert peut amplifier chez ces connards, chez ces demeurés. Comment peuvent-ils imaginer une seule seconde que le bénéfice à deux chiffres qu’ils vont faire exsuder de leurs esclaves, en remplissant de vin de Champagne leur quatrième piscine, va leur procurer une joie de vivre assez sonore pour que les cris de révolte des pans entiers de l’humanité qu’ils enculent ne parviennent à atteindre leurs oreilles ? Du balai !! Digaj !!

Bon, me v’la parti dans le trip Monsieur propre, moi !! A jouer les Jean-Luc Mélenchon !! Quoique, quoique… … Vous avez vu ça ? Il n’est pas d’accord, pour nous montrer son patrimoine, le gros rouge !!! Non, non, non ! Pardon, Anthony ? Parce qu’il est tout riquiqui, et qu’il a peur qu’on se moque de lui ? Vous voulez une séance d’ORL ou un dico ? Pas sa bite !!  Son patrimoine!! Ses sous, ses pépètes, son pognon, qu’il veut certainement pas que les camarades traouailleurs qu’il excite contre Grollande sachent combien il en a !! Et pourquoi, Why ? Oui, ça, c’est vraiment le why, vous avez raison !! Hé ben, parce qu’il en a pas mal, de patrimoine, apparemment, le canaillou !! En tous cas infiniment plus que presque tous ceux qui se feraient tuer pour le mettre à la place de Grollande, en tous cas !! Le clivage droite – extrême gauche va prendre un coup dans la boîte !! Et non pas dans la bite, même si je me demande s’il ne faudrait pas vérifier si grosse cassette égale petite quéquette. Mais là, stop, ça sort Mamie Bettencourt de la compète !!

Au passage, à ceux qui seraient tentés par les dégâts de la Marine pour fuir le « tous pourris », je suggère de se documenter à propos de la captation d’héritage accomplie par son Papounet sur le cimentier Hubert Lambert, qui lui a permis d’acheter son château de Montretout. Et j’ajoute finement : « Montretout, sauf mes sous !! Plus de six millions d’Euros, et dans l’cul,  mes prolos ».

Bon, je viens de voir que l’ancien premier ministre Fangioletto vient exposer le sien ce soir à la téloche !! Enfin, est venu le montrer lundi soir dernier, pardon, je ne me ferai jamais au fait d’écrire à distance !! Pour résumer, alors que Mégabite du FMI profitait de son poste pour montrer son paf, Droopy profite du PAF pour venir montrer sa bourse dans le poste !! Oui, le changement, c’est bien maintenant.

 

par Christophe Sibille

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette