Ça dégaze sévère!
Par Naqdimon Weil

NAQDIMON fait son malin

Pour être honnête, moi qui vous cause, cette semaine, j’ai un peu les nerfs à vif et la mandale facile. Verbale la mandale, physiquement, je ne suis pas équipé pour et c’est tant mieux, sinon la décolleuse à torgnoles aurait marché 24/24 ces derniers temps. Pas la peine de vous brosser le tableau, entre les cintrés qui butent au nom d’Allah – « Ouiiii, heuuuu, noooon, tu ne peux pas dire qu’ils tuent au nom d’Allah, c’est réducteur, t’vois? » « Oui, oui, je vois, je réduis et je t’emmerde » -, les peignes-zézettes qui viennent te dire que c’est de la faute de la colonisation et de Mers el Kébir, ceux qui au nom de Macron, Hamon, Mélenchon, Fillon, Le Penon te traitent au mieux de demeuré au pire de traître, de vendu, d’escroc et de salopard, ceux qui t’expliquent que le glyphosate c’est comme le Zykon b mais en pire sans plus jamais avoir ouvert un bouquin de chimie depuis la 3°b du collège Léo Lagrange de La Souterraine, ou, pire, ceux qui connaissent la chimie et qui mentent effrontément au nom de la Cause*, ceux qui t’expliquent que tout se vaut, qu’un centriste libéral et une césariste raciste d’extrême-droite, c’est du kif, celle qui qualifie Valls de franquiste – celle-là, je la retrouve, je lui fais manger une tartine de doigts! -, ceux qui sont trop niais pour piger que le 49.3 est peut-être le paroxysme du choix démocratique et que le référendum en est la négation la plus complète, bref, entre les agaçants, les navrants, les butés, les militants et les crétins, je risque la tendinite intellectuelle à vouloir coller des pains verbaux à tous et à chacun.

Surtout que je ne suis pas venu pour ça, moi, au départ. Normalement, je venais au Coq pour me marrer et faire marrer les copains. Comme de toute façon c’est pas avec ce qu’on est payé que je risquais de me laisser noyer sous la coke et les putes, c’est donc pour la déconne que j’ai demandé à participer à votre webzine satirique favori – et si votre webzine satirique favori n’est pas le Coq des Bruyères, allez vous faire cuire le cul, tas de tocards! – et que j’en faisais ma joie. En plus, il n’y a rien de pire qu’un humoriste – ou apparenté tel – qui se met à faire la morale aux autres. Quand le clown t’engueule car tu t’es mal conduit, t’as pas envie de t’amender, tu as envie de te marrer en attendant que la fleur au revers du costume bariolé fasse « Pouêt pouêt! ». Bref quand quelqu’un qui vend de la déconne se met à sous-traiter de la morale politique, c’est vraiment à se vomir dessus de désillusion politique. Et en plus, ça ne fait marrer que ceux qui sont d’accord, ça convainc les convaincus, les acquis à la Cause*, c’est même pas de l’humour, c’est de l’entre-soi, de la private joke, du Nicolas Canteloup, du Pierre-Emmanuel Barré, du Guillaume Meurice, bref du qui m’emmerde grave. Donc, merci, mais non merci, je ne vais pas faire semblant de vous faire vous bidonner pour faire voter Macron, il fait déjà assez rire comme ça naturellement, pour sa campagne, qu’il se démerde, non, mais des fois.

Bref, j’allais tenter de rester dans la vanne « prout prout tsointsoin », la blagounette sans profondeur, le calembour sans arrière-pensée. Et puis ils ont débarqués. Vous vous rappelez la brigade des éléphants dans le Livre de la Jungle – celui de Disney, ce sale film capitaliste expansionniste raciste nord-t-américain, burps, pardon, j’ai eu un renvoi Insoumis – qui avance la trompe tenant la queue de l’éléphant précédent ? Ben si vous mordez le tableau, ils sont arrivés comme ça, les Mariani, les Fillon, les Le Pen, les Mélenchon, qui viennent vous vomir à la face que le gaz sarin à Khan Cheikhoun, on sait pas, des fois, ça pourrait venir des rebelles qu’ils l’ont volé et qu’ils ont profité du bombardement pour faire des morts chez eux pour qu’on condamne ce pauvre Bashar, qu’il est tellement un grand homme que c’est un copain à Poutine. Non, sérieusement, les gars ? Vous voulez vraiment nous vendre ça ? Vous espérez vraiment qu’on va y croire, à vos conneries ? Ah oui, tout de même… Vous avez une sacrée opinion des Français, quand on y pense, vous êtes carrément gonflés à l’hélium. Parce que pour affirmer qu’on est le camp de la Paix quand dans ce camp y a Al Assad, Poutine, Rohani et le Hezbollah, faut avoir les noisettes bien accrochées pour oser dire tout ça sans craindre de vider son slip !

Moi, je ne pourrais pas, je tiens trop à mes parties nobles.

*: la Cause. C’est l’Écologie. Ou le Peuple Palestinien. Ou la Révolution Libérale. Ou l’Égalité salariale. Ou n’importe quoi auquel tu peux rajouter une majuscule à presque tous les mots sans passer pour un gougnafier.

par Naqdimon Weil

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie