Ça tourne
Par Myriam , le 25 février 2020

Les humeurs de MYRIAM

 

Comme tout le monde, j’ai été choquée par le scandale Griveaux, mais ce qui m’a vraiment scandalisée, c’est surtout le piètre niveau de la qualité du film, surtout à quelques jours des Césars.

Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’une sextape ? C’est habituellement un genre court métrage, encore que je me sois laissé dire que celle de Griveaux avait toutes les caractéristiques d’un long.

Pour celles et ceux qui seraient tenté d’en produire une digne d’un Francis Fred Coppula, voici quelques petits conseils de tournage (attention, je n’ai pas dit de tournante !) :

Dans un premier temps, on se procurera le matériel de base, un homme, une femme, ou deux hommes, ou deux femmes, une caméra, des lumières tamisées, des préservatifs, du lubrifiant, des cordes, du scotch, une cagoule, une aubergine, une carotte, un concombre… Car sait-on jamais, vous pourriez toujours avoir envie de la poster aussi sur le site Marmiton.

Pour une sex tape « classique », on préférera un format 16/9ème (et je ne parle pas de celui de l’image). Et pour une sex tape moins mainstream, on préféra un format 35 mm (et je ne parle pas de celui de la pellicule).

On peut évidemment s’inspirer des grands réalisateurs, comme par exemple de Visconti et son mémorable « Rocco Siffredi et ses frères ».

On pensera toujours aux spectateurs, car sont eux qui vont évaluer vos performances : gardez-en tête que si vous vous filmez en train de rouler des patins, Monsieur et Madame tout le monde peuvent vous mettre une note artistique.

Soyez imaginatifs donc, mais restez réalistes ! Il ne faudrait que devant le tableau de vos ébats artistiques, l’on s’écrie que « Ceci n’est pas une pipe ! »

On évitera les lumières blanches, trop directe et trop crue, et qui feront immanquablement passer le délicat mollet de votre comparse pour un vulgaire morceau de jarret sur l’étal boucherie d’un supermarché Leclerc.

On pensera à la qualité du son en se servant utilement de sa perche, ce qui permettra de limiter les bruitages en post production.

On fera attention à la qualité des prises, notamment de vue, en variant les angles mais surtout en soignant le montage et l’ étalonnage.

Pour signifier que le tournage du film est terminé, un bon clap sur les fesses de son ou sa partenaire sera suffisant.

Pour l’ambiance musicale, on évitera de mettre du rap en fond sonore, sinon vos spectateurs penseront qu’ils sont devant une énième rediffusion M6 d’un clip de Booba.

Les plus grands de ce monde on la leur, Kardashian, Paris Hilton, Pamela Anderson ou encore Valbuena (qui simule dans une chambre aussi bien que sur un terrain), alors, pourquoi pas vous ? Et au pire, vous pourrez toujours rejoindre LREM, ils aiment les amateurs, comme Jacquie et Michel.

Par Myriam

# [Les derniers articles de Myriam]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette