Ça va barder !
Par Christophe Sibille , le 4 septembre 2018

Christophe SIBILLE et sa lectrice

Bon, trois vertèbres fracturées, c’est sûr, c’est un peu nul. Et encore plus les six semaines d’immobilisation totale en décubitus dorsal qui vont avec.
Et une petite fracture de la mâchoire, allons-y, bof. Et la descente de l’hématome du cerveau, ça aussi, ça risque d’être un peu long. Oui, ô ma lectrice préférée, à qui j’adresse mes salutations de rentrée, et que je remercie au passage de tenter de me rasséréner en assénant que ça aurait tendance à prouver, contre toute attente, que j’en ai un. De cerveau.

Juste le seul jour où je roulais en vélo en ville sans dépasser par la droite les voitures attendant que le stop passe au vert. En traitant le chauffeur de macroniste. Ben oui, en lui disant: «en marche», quoi! Oui, tout ça, c’est méga-chiant. Surtout quand le médecin en chef du service d’orthopédie te dit: «vous avez eu de la chance, à l’heure qu’il est, vous pourriez être tétraplégique.» Quel veinard je suis, putain! Je crois que je suis paré pour toucher «l’Euromillion» sans même acheter de ticket.
Mais, nonobstant toutes ces vétilles, il y a plus grave, structurellement parlant… Pourquoi cet d’acharnement hospitalier à faire une bouffe, (même liquide), qui ait pour seul objectif apparent d’avoir le moins de goût possible ??? HEIN, BORDEL ??????

J’en étais là dans mes râleries de gaulois réfractaire au changement quand, justement, je tombai sur l’interview comportant cette merveilleuse déclaration de notre «B.G.- jet setter – gérontophile – c’est son projet» de président Manu. «Diable diable», me disais-je, «après le coup de la mafia bretonne, faudrait pas qu’Obélix tombe là-dessus, sinon, il va vraiment finir ligoté à l’arbre avec les tripes de sa rombière, Monsieur «la politique autrement.» «Autrement», pour être précis, ça veut dire: dire asséner avec Aurore Bergé que, je la cite, «les retraités peuvent faire un effort ». Pis d’abord, c’est quoi, «les» retraités?

Valéry Giscard d’Estaing? Ou l’ex mécanicienne qui a fait des efforts toute sa vie pour se retrouver avec, en face d’elle, la tronche de niaise d’Aurore Bergé en face de celle de ravie de la crèche de Leïla Khadour sur son écran plat? «Les français sont schizophréniques», elle a dit, en sus. Qu’elle est d’ailleurs française, elle aussi, au passage. Mais indécrottablement conique. En même temps. «Autrement», ça veut dire recevoir Dany Cohn-Bendit pour discuter avec lui d’avoir l’amabiliité d’accepter le poste de ministre du développement du bide… le développement durable, pardon, j’m’ai gouré d’face. Cohn-Bendit… «Le changement de couche, c’est maintenant.»

Plutôt modèle danois que notre statu-quo de dinausores englués dans l’antiréformite? Daccord, Manu, O.K. Avec toi pour le modèle danois. Chiche ! Mais alors, pas juste la flexibilité et les amendes de stationnement plus chères ! On attend aussi: Les SDF relogés le soir même, les vrais congés parentaux (pas les 11 jours de pingre qu’on n’oublie pas de nous retirer de notre temps de cotisation), le zéro frais d’inscription à l’université, les 6000 couronnes (800 euros) de salaire étudiant, l’autonomie des jeunes dès 16 ans, la possibilité d’interrompre ses études et de les reprendre à 35 ans, les profs payés le double (pour le même nombre d’heures) et la deuxième personne dans la classe. Le tout pour moins d’impôts qu’en France (ça fait deux ans que la France a doublé le Danemark pour le taux d’imposition). La vraie question, c’est qui se gave de tout ce fric, puisqu’on a des prestations sociales pingres pour plus de prélévements fiscaux… Alors, tu vois, qu’on n’est pas accro à notre modèle comme des sénateurs L.R.à leur prébende, finalement!

Ah, tiens, justement, pendant que je t’ai, tu diras à Françoise Nyssen, Agnès Saal et Agnès Buzyn entre autre, qu’avec leur pedigree judiciaire, chez tes nouveaux chouchous danois, ils auraient, au mieux été promus à la démission, au pire en cabane.

par Christophe Sibille

sibille-by-rodho

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette