Cessons de déBlatterer
Par Naqdimon Weil , le 4 juin 2015

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

Rumeur, que d’injustice commet-on en ton nom !

Alors que le Président de la République par défaut profite du sommeil de la colère des Français pour faire rentrer au Panthéon quatre nouveaux impétrants, dont la conduite illégale pendant la Seconde Guerre mondiale montre bien le peu de respect de l’ordre du sybarite de l’Élysée, un drame atroce se noue sous l’œil globuleux des caméras du monde entier. Encore une fois, derrière cette tragédie humaine, se trouve la sournoise main agissante des États-Unis d’Amérique, dans leur volonté de saper le moral des Français et les fondements de la civilisation européenne.

Et ce n’est pas à n’importe qui que s’attaque honteusement le pays de Barack Hussein Obama, c’est à un noble vieillard, un homme qui a consacré sa vie au souverain bien, un être exquis et sympathique car helvétique, bref, c’est à ce bon et aimable Joseph, dit Sepp, Blatter que les services étasuniens s’en prennent. Voilà un homme qui depuis plus de 45 ans donne son temps et son énergie au roi des sports et que l’on tente de déstabiliser. Évidemment, je ne m’étonne pas que les USA, qui n’ont jamais rien compris à la beauté du 4-4-2 ou à la finesse de la règle du coup de pied en coin, eux qui appellent football le triste ballet de brutes pataudes armurées comme des chars antiques, veuillent attaquer son plus noble et plus pur représentant. Mais je proteste contre l’association de malfaiteurs qui se constitue face à ce vieil homme dont la grandeur n’est plus à démontrer. Et qui trouve-t-on à la tête du complot mené contre notre petit Suisse ? Un prince arabe Ali bin al-Hussein, ancien pilote de chasse et frère du roi de son pays d’opérette, et un footballeur italo-français, Michel Platini, au douteux palmarès et qui ne fut même pas capable de rapporter une coupe du Monde à la Patrie ! Voilà qui démontre bien la bassesse des services de Washington, prêts à s’associer avec n’importe quel second couteau pour atteindre leurs sinistres objectifs.

Car, attaquer Sepp Blatter, c’est s’attaquer à une certaine idée du sport, c’est vouloir mettre à bas la vision européenne du culte des corps. Ce génial président de la FIFA eu le premier l’idée de créer une coupe du Monde de Football Féminin. Voilà qui devrait choquer les défenseurs de la tradition footballistique. Mais que l’on ne se leurre pas ! Il avait fait cela avec subtilité et raison, car dans le même temps, il avait demandé que les joueuses, à l’instar de leurs homologues du Volley de plage, s’habillent de manière plus féminine, portent des shorts plus serrés et des hauts plus sexy. N’est-ce pas là la preuve que ce visionnaire connaît bien son public et que les aficionados du ballon rond peuvent accepter de voir des représentantes du sexe faible jouer à leur sport favori, à condition d’en tirer un petit bénéfice ? Quant aux invertis, par pur humanisme, il leur a conseillé de retenir leurs bas instincts pendant la Coupe du Monde qui se déroulera au Qatar. Peut-on lui reprocher de tenter de sauver la vie des pédérastes tout en respectant les coutumes millénaires du pays organisateur, un rien sourcilleux sur la chose sexuelle ? Non, bien évidemment, non.

En tant qu’humaniste, Sepp Blatter est également irréprochable. Il lui fut demander de lutter contre la xénophobie dans son jeu de prédilection. Ce qu’il fit avec talent et efficacité, car en affirmant « Il n’y a pas de racisme dans le football », le Président de la FIFA sortait de la sphère footballistique les quelques très rares débordements de ce type. Et ceci, sans rien changer des habitudes des supporters. Voilà la marque de son génie. C’est donc par respect des traditions locales de certains pays secondaire qu’il accepte, à son corps défendant, les quelques échanges de billets de banques helvétiques, afin d’améliorer le contact humain. Et dire que certains qualifient de corruption ces simples marques d’amitié !

Heureusement, pour les cinq prochaines années, le très respectable Joseph Blatter va rester à la tête du Football Mondial.

La semaine prochaine, je vous démontrerai, preuves photographiques à l’appui, l’implication des services secrets israéliens dans l’incendie du Bazar de l’Hôtel de la Charité en 1897.

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette