C’est de la bombe
Par Christophe Sibille , le 23 avril 2013

Christophe SIBILLE l’homme au micro

Ben dis-donc, c’est pas gai, encore une fois, le journal de ce matin !! Moi qui m’apprêtais justement à aller faire un footing, entre le petit déjeuner au lit et la sieste crapuleuse du matin, et paf !!! Trois bombes !! Non, aucune référence aux trois égéries même si c’est nerveux, de la manif pour tous les homophobes, j’ai nommé Frigide Barjot, Christine Boutin et Henri Guaino !! Des vraies bombes, qui explosent le long du marathon de Boston, au point de bouleverser le classement habituel en faisant arriver les handisport avant les sportifs bénéficiant de toutes les facultés !!

Le prochain qui vient encore me prétendre que le sport, c’est bon pour la santé, je lui programme une ascension de Gérard Depardieu par la face Belge, et il va me dire si, oui ou non, sa se fume, non mais !! Alors, soyons léger !! Avez-vous envie de voir des culs ? Non, ne cherchez dans cette question aucune référence à la personnalité évoquée plus haut, je suis pas fou, il est trop costaud, il éternue quand je suis en face de lui et, hop, il y a un nouveau poster sur le mur de mon salon !! Non, ni aucun contrepet non plus !! . Je suis très sérieux. Ce que je vais vous raconter me vient d’un mien ami, digne de confiance bien que musicien de formation classique. Et, je vous préviens tout de suite, ne répondez pas : « je veux voir des culs » au bon génie qui vous aura proposé ses trois vœux !! Vous seriez vite transformé en bidet au Meurice !! Non, Guillaume, ne rêvez pas. A l’HOTEL Meurice. Non, non, rassurez-vous, ce que m’a raconté mon pote, si vous mettez en œuvre, aura un aspect beaucoup moins radical sur votre aspect physique. En tous cas, moins définitif. Oui, vous allez voir pourquoi je vous dis tout ça !! Si vous voulez voir un maximum de paires de fesses dans le minimum d’espace et de temps, il vous suffit de faire le marathon de Paris. Mais non, William, ne fuyez pas !! Un minimum de sport n’a jamais tué personne ; enfin, si, mais pas à chaque fois !! En plus, pour avoir vue imprenable sur une armée d’arrière-trains, point n’est besoin de se taper les 42 kilomètres !! Je vous explique.

Figurez-vous que, trois quarts d’heure avant le départ de la course, les gens sont parqués dans des sas relativement étroits. Par groupe de mille cinq-cents, environ, en fonction du temps qu’ils pensent mettre pour parcourir la distance. Des groupes mixtes. Oui, oui, la course à pied est le plus évolué des sports, sur ce plan. A part le sport en chambre, évidemment, mais là, ça frise la concurrence déloyale. Or, quand vous préparez une course aussi longue que le marathon, si vous ne voulez pas vous écrouler au bout de dix kilomètres tel une vulgaire Christine Boutin croisant un CRS sous l’arc de Triomphe, il faut vous hydrater extrêmement copieusement en amont du départ. Ce qui vous emmène évidemment à des mictions aussi fréquentes qu’impérieuses jusqu’au starter. Donc, point n’est besoin de vous laisser imaginer les trois-quarts d’heure précédant la course, enfermés, comprimés, verrouillés dans le sas, avec une envie de pisser qui vous monte jusqu’aux oreilles ? Alors, les mecs, les gonzesses, tout le monde, ça tombe le ben, et schlaouf, direct !! Faut faire gaffe au bain de pieds. Ouais, si vous vous laissez aller à mater un peu, ce qui est excusable, même si ça vous déconcentre un peu pour la course, faites gaffe à bien avoir imperméabilisé vos pompes avant !! Bon, d’accord, Anthony, OK !! S’il y a que des tas dans votre sas, l’appellation de « mare à thons » se trouve totalement corroborée !! Et sans parler de l’odeur, après !! Je vous jure que je n’invente rien !! D’ailleurs, si vous observiez la course d’avion, vous verriez le ballet des camions citernes qui se précipitent pour tout nettoyer dès que les pisseux ont mis les bouts. Reschlaouf !!

Oui, ça dépoétise légèrement le mythe de la solitude du coureur de fond, mais bon… On obtient quand même, en l’occurrence, un paradoxe très déconcertant : ce n’est qu’une fois la miction accomplie qu’il reste le plus dur moment à pisser !

par Christophe Sibille

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette