C’est la droite
Par Christophe Sibille

Christophe SIBILLE l’homme au micro

Sarko : Alors, vous avez vu, Christophe Sibille ? Cette fois, c’est bien moi qui ai gagné. Vous ne pourrez pas dire le contraire. Zéro région pour le Front National, sept pour les Républicains. Cette fois-ci, j’aimerais bien savoir ce que vous allez trouver pour me caguer dans les talonnettes ?
Moi : Bon, il y en a quand même cinq pour la g…. Pour les socialistes, pardon. Le Front National, lui, a gagné 400.000 voix par rapport aux élections présidentielles de 2012 …
Sarko : 2012, 2012, ça me rappelle quelque chose …
Moi : Oui, c’est quand vous vous êtes pris une branlée mémorable par un gros mou. C’était en juin, si mes souvenirs sont bons. Je continue. 358 conseillers régionaux pour le Front national. Avec les 62 conseillers départementaux, les 14 maires , les 4 députés et sénateurs  et les 24 députés européens du parti tellement parti qu’il n’en revient pas lui-même, pour les cinq cents signatures, en 2017, je ne vous fais pas de dessin …
Sarko : Contentez-vous de la musique ! D’ailleurs, le dessein, pour la France c’est moi, merci. Ouh, putain, « un dessein pour la France », pour que les « je suis Charlie » votent pour moi en 2017, c’est un putain de slogan, merci, vous me ferez penser à appeler Bygmalion pour votre chèque de trente Euros. Par ailleurs, Christophe Sibille, vous voulez que j’vous l’disasse, hé ben, vous voulez des chiffres, hé ben, moi, j’vais vous en donner : 358 + 62 + 14 +4 +24 = 462, alors, hein, camembert ! De chez Hervé Morin, que je salue au passage.
Moi : Oui … Il n’y a pas si longtemps, il disait que vous aviez complètement foiré votre quinquennat, et que votre retour allait être compliqué … Vous n’êtes pas rancunier. C’est nouveau ?
Sarko : Morin est un trou du cul ! D’ailleurs, c’est un centriste, ça tombe bien ! Ben oui, le trou du cul, c’est bien au centre, c’est moi, qui ne vais pas vous le faire, le dessin ! Et puis, ça vous ferait pas chier, vous, d’être centriste ? Allez, avouez ! Je vous demande un peu d’honnêteté intellectuelle !
Moi : Je n’en ai pas sur moi, mais, promis, la prochaine fois, je viens vous livrer en semi-remorque, faudra au moins ça pour votre prochaine campagne !
Mais pourquoi avez-vous viré Nathalie Kosciusko Morizet du bureau de L.R. (de branques )? C’est parce que ça vous gênait qu’il y en ait deux ou trois qui n’aient pas encore eu affaire à la justice ?
Sarko : Ben, et Wauquiez ? il est encore plus clean que Morano, c’est peu dire !
Non, c’est parce que j’en avais marre d’avoir un bureau de gauche ! C’est fini, la gauche, Christophe Sibille ! La France est passée à droite, qu’est ce que vous croyez !!
Moi : Hé, ho, faut pas déconner, mon père Inné avant d’être à qui ! N.K.M., c’est quand même pas Che Guevara !
Sarko : A droite, toute, je vous dis ! Vous avez vu ce que c’est, la gauche ? Valls, Macron ! Je vais quand même pas les déborder sur leur gauche, même s’il y a de la place, pas question qu j’y mette les talonnettes de mon chauffeur qui a cueilli le gyrophare de la table retournée à la rhubarbe !! »
(sur la mélodie de « le temps ne fait rien à l’affaire » ):
« Quand on ne vainct pas, c’est qu’on perd,
Contre Macron, faut Buisson »« A droite, droite !  Je vais vous le chanter, et avec autant de voix que ma Carla, que c’est pourtant la plus belle de toutes les aphones chroniques !! (sur la musique de « c’est la ouate » :Désastreuse
L’indécence de cette gauche odieuse
Pas d’quoi en faire des caisses,
Ca n’vaut qu’un pied aux fesses,
Politiquement,
Elle est miteuse,
Raison d’être honteuse,
Tellement calamiteuse,

Mais les français sont fiers,
C’est la droite qu’ils préfèrent
C’est elle qui les motive
En plus, son chef, c’est moi, c’est la droite
Que la gauche en poussière
Se chope la grippe aviaire
Et que seule, survive
La force en qui je crois, c’est la droite … …

Moi : Hé ben ! Pour illustrer la démocratie, on ne dira plus : « il faut faire s’exprimer les citoyens dans les urnes », dorénavant ! « Faire dans les urnes » suffira !

par Christophe Sibille

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

La une de Charlie