C’est la taxe finale !
Par Naqdimon Weil , le 11 novembre 2014

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

Un peu d’audace, que diable !

Comme tout bon Français, j’avoue avoir été puissamment choqué par l’annonce de ce que l’on nomme de l’hideux anglicisme de LuxLeaks (ou Fuite Luxembourgeoise, expression franchement crapoteuse, s’il en est). Comment une puissance majeure comme la nôtre peut-elle accepter d’avoir à ses frontières un confetti de nation, dirigé par une aristocratie d’opérette, et qui permet à des entreprises hexagonales de venir cacher au fisc les énormes sommes d’argent gagnées sur le dos des héritiers des Lumières, sans participer à l’effort national de reconstruction ? Il me semble impossible d’admettre qu’un tel nanométrique pays, moins peuplé qu’un arrondissement parisien, et ses banques, dont les combines financières sont à peine dignes des pires usuriers apatrides, puissent ainsi tenir la dragée haute au pays inventeur de la taille et de la gabelle. Connaissant la faiblesse militaire de ce « Grand-Duché » de carton-pâte et la naturelle lâcheté proto-teutonique de ses habitants, j’allais appeler à un vaste mouvement populaire, au retour de la Nation en armes, lançant les foules patriotes tricolores à l’assaut de cet état-voyou, afin de faire cesser une bonne fois pour toute ce brigandage fiscal. En quelques heures de combats, et encore, à peine pourrait-on qualifier cette promenade armée de « combat », les Français se rendraient maîtres de Luxembourg-ville, pendant Henri, le soi-disant Grand-duc de Luxembourg et Duc de Nassau au premier réverbère venu et l’on n’en parlerait plus. Une fois cette petit affaire réglée, la vie européenne pourrait reprendre son cours sans plus attendre, pour le plus grand bonheur de tous. Mais, soudain, une réflexion me vint, qui me fit changer mon angle d’analyse.

Certes, il est possible d’abattre la superbe luxembourgeoise d’un simple mouvement de nos troupes. En effet, une fois cette avanie de l’Histoire du continent effacée des mémoires, il ne serait plus possible aux capitalistes du Monde entier de venir y cacher leurs picaillons. Bien évidemment, la saisie des coffres du Grand-Duché pourrait probablement aider l’économie nationale. Mais n’est-ce point là une politique à courte vue ? Et qu’en est-il des autres poussières de pays, Monaco, Jersey, Andorre, Liechtenstein, faudrait-il alors aussi les envahir tous, pour les amener à résipiscence ? Cela serait tout à fait faisable, mais risquerait d’être coûteux et pourrait donner à la France une vilaine image de va-t-en-guerre parfaitement imméritée.

Voilà pourquoi j’ai compris qu’au lieu d’attaquer les avaricieux luxembourgeois, et leurs semblables, à l’aide de nos Rafale et de nos Leclerc, c’est au portefeuille qu’il fallait frapper ces margoulins de bas étage. En effet, si les banquiers des Princes, Co-Princes, Grand-Ducs, et autres monarques de quatre-sous, nous attaquent au niveau de l’impôt, c’est au même endroit que nous devons leur rendre la pareille. Dorénavant, la France doit devenir le plus grand paradis fiscal au monde ! Luxembourg propose des taux d’imposition à 2% ? Nous offrirons des taux à 1% ! Et même à 0,75% s’il le faut, l’honneur national est en jeu. Pour chaque baisse étrangère, nous baisserons plus, encore et toujours, quitte à créer un impôt positif, avec lequel nous payerons les plus grandes entreprises mondiales pour qu’elles viennent installer leurs domiciliations fiscales chez nous ! J’entends déjà les pleureuses alter-ceci et anti-cela hurler à l’ultra-libéralisme et je vois arriver la cohorte des économistes gauchisants, expliquant que l’argent viendrait à manquer si nous faisions ainsi. Mais j’y ai songé et la réponse est pourtant évidente. La France possède un grand nombre de pauvres et de chômeurs et le marché mondial de la greffe d’organe est en pleine expansion. Il serait plus que temps que les éternels assistés fassent enfin un minuscule effort pour leur pays. Le rein des assistés sociaux sauvera l’économie française !

La semaine prochaine, je vous prouverai qu’il n’y a pas de fatalité à la féminisation de la société et qu’il est urgent de renvoyer la Française à ses fourneaux.

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette