Chassez Peillon le Gros Enflé
Par Christophe Sibille

Christophe SIBILLE l’homme au micro

Bravo, Monsieur Peillon ! Même si c’est plus nous qui paye que vous, mais, ça, c’est une autre histoire ! A poil, le Mammouth !! A poil les nœuds, même !!Ah, les enfoirés de privilégiés !! Les assistés !! Les prédateurs overpayés qui pantouflent dix heures par semaine !! En bouffant, du même coup, la laine sur le pain du dos des pauvres professeurs des collèges des Zones de redressement prioritaire. Qui, eux, gagnent le leur à la sueur de leur front. De gauche, évidemment. Eux qu’on oblige, même si tant est qu’ils aient la moelle de vraiment faire apprendre quelque chose aux voyous potentiels qu’ils ont en face d’eux, à se vautrer en leur disant de laisser les élèves construire eux-mêmes leurs savoirs !!
Tandis que les premiers, oui, des mandarins. Des vrais de vrais. Du chinois: “Mandarin”, car oui, pour ces privilégiés de leur mère, le vrai Français, c’est, de toute évidence, du Chinois. Sinon, comment pouvez-vous m’expliquer qu’ils soient, de toute évidence, infoutus de faire comprendre les subtilités de la phrase: “quand il pète, il troue son slip” à  une quasi- demi-centurie de post-ados hypertrophiés des neurones qui, quand ils ne sont pas plongés dans le traité de la réforme de l’entendement, de Baruch Spinoza,  s’apostrophent en dialecte lacédémonien dans la cour de récré du Lycée Henri IV ?Ces vraisemblables enflés du compte en Suisse gagnent pourtant quasiment le cinquième du salaire mensuel avoué de Cyril Hanouna !! Pauvre France, tiens !!

Bande d’anti-libéraux primaires, qui pourtant me lisez depuis longtemps, je vous vois venir. Vous prétendez glorifier le système qui a cours, hihihi, jeu de mot, qui a cours, hinhin,  dans les classes préparatoires aux grandes écoles ; vous vous rendez compte de qui vous défendez ? De prétendus intellectuels, bêcheurs et totalement incohérents !! Pensez, ils possèdent à fond les connaissances dans la discipline qu’ils ont à enseigner et qui, malgré ça, ils s’obstinent à être de gauche !

Vous vous rendez compte, de qui vous défendez ? Quel mérite y a-t-il, à avoir passé son enfance et sa jeunesse à s’obstiner à devenir intelligent ? A se passionner pour la mise en perspective de connaissances toutes plus enthousiasmantes les unes que les autres ? Connaissances qui vont leur donner, plus tard, le droit d’être reçus au concours les plus cotés, pour transmettre tous ces trésors à des jeunes, tous pareils qu’eux, qui attendent avec délectation, tête en arrière et neurones dilatés, qu’ils y soient déversés par tombereaux ? Les fumiers !! Alors qu’on devrait les obliger séance tenante à douter de la beauté de ses savoirs en les envoyant se faire chier à essayer de faire fonctionner  les théories des sciences de l’éducation dans des bahuts de province en mettant les élèves au centre, comme tout le monde !!

Ca marche tout seul !! Et dix heures par semaine !! Moi, je savais même pas, qu’ils étaient payés, pour ça, ces professeurs de CPGE !! Vu le plaisir qu’il doit y avoir à être face à des élèves acquis à la cause du savoir, à tous les connaître, à discuter avec eux, ils devraient considérer ne serait-ce qu’un SMIC comme une prime !!

Comparons, si vous le voulez bien. Avec l’université. Un malheureux maître de conférences, qui a fait une thèse de doctorat hyper-pointue. Je ne sais pas, moi. Les sujets ne manquent pas !! Je vais vous en dire un au pif total mais, ô ma lectrice, je veux bien parier avec toi qu’il a été traité ; « les carences de l’élevage du militant de base socialiste en milieu mérovingien ». On parie ?

60% des étudiants qu’il a en face de lui ne savent guère lire autre chose que leur profil « facebook ». Il ne sait strictement rien d’eux. Et, souvent, il s’en branle à deux mains, car une chose l’intéresse, et une seule. La publication de son tome 2. Sur la condition du militant de base socialiste en milieu Carolingien. Il ne les pousse pas à bosser, ses étudiants. Il ne connaît pas non plus ses collègues maîtres de conf’. Et, encore moins que les autres, celui de sa discipline qui, l’enfoiré, a fait une thèse sur l’évolution du militant du MODEM en milieu surréaliste.

Alors, ma chère lectrice, pourquoi garder les CPGE, donc, payer les profs comme ils le méritent ? Pour une seule bonne raison, c’est que c’est un système qui marche ! Et un quoi que ce soit qui fonctionne au milieu de tout ce merdier, moi, franchement, vous voulez que je vous dise ? Ca fait désordre !!! C’est suspect ! Dynamitons-le !! Et appelons au secours le magicien réparateur ! Monsieur Microsoft, qui va nous mettre tout le système en ligne car un bon vieux tableau blanc interactif, au moins, ça fait pas grève !

par Christophe Sibille

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

La une de Charlie