Conformisme?
Par Thierry Rocher , le 2 avril 2019

Thierry ROCHER renvoie la censure

Pour revenir sur un des messages de Qi Shi Tsu (que je vous encourage à regarder, chaque jour, sur Facebook), un développement sur l’idée de conformisme, un sujet dont on m’a souvent parlé, qui masque de multiples hypocrisies souvent agaçantes.

Qi Shi Tsu vous parle:

Le conformisme est sans limites. Ce n’est pas nouveau mais c’est d’autant plus amusant quand cette posture est alimentée par des pseudos rebelles, des révolutionnaires à deux balles, qui surnagent dans leur survie quotidienne avec le vocabulaire de 40 mots dogmatiques qui est le leur. C’est la forme qui l’emporte sur la pensée surtout quand celle-ci est inexistante ou se contente de reproduire des schémas éculés. Les casseurs du samedi ont une pensée fragile, c’est pour ça qu’elle se casse facilement, dans tous les sens du terme. Un modèle de conformisme que ces gars-là. Le fruit du conformisme. Mais qui sont trop conformistes pour saisir cette subtilité. Les gens qui s’engagent politiquement ont particulièrement besoin de certitudes et sont souvent rétifs aux remises en cause, qu’elles soient individuelles ou collectives. Les repères, c’est capital, une fois qu’on a réussi à les acquérir, on va pas les rejeter, c’est humain. Tout comme le prêt-à-porter est l’avenir du débouché vestimentaire, le prêt à penser est le succès promis du débouché des coincés. Le conformisme se débusque au quotidien, et il est particulièrement insupportable quand on côtoie ceux qui passent leur temps à vouloir afficher un anticonformisme bidon. Les mouvements sociaux du moment peuvent faire réfléchir ceux qui sont en état de le faire. Pour ce qui est du raisonnement revendicatif, c’est bien souvent contradictoire et petit. La lutte sociale devrait être un moyen de grandir mais, vu les comportements médiatisés actuels, c’est sans doute une vue de l’esprit en dehors d’une réalité qui m’échappe. Et en permanence, ces vieilles idées de gauche qui disparaissent derrière le populisme insidieux ambiant. Du conformisme qui ne dit pas son nom.

Alors l’espoir est de mise, même si on s’amuse à débusquer les conformistes non assumés autour de soi, ou à se piéger soi-même en flagrant délit de contradiction.

A bientôt,
Et n’oubliez pas: tous les jours le message (vidéo) de Qi Shi Tsu sur Facebook.

Par Thierry Rocher

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette