Corsica alaykum, corsica assalam
Par Anthony Casanova , le 23 juin 2015

Anthony CASANOVA est politiquement correct

Anthony Casanova par Babouse
Telle la pomme s’écrasant sur la tronche de l’anglais, Isaac Newton, pour lui prouver définitivement que toute chose est amenée à se casser la gueule au lieu de s’envoler, l’actualité vient une fois encore de tirer l’Humanité vers le bas.

L’histoire se passe dans un petit village de Corse où, au sein d’un lieu inventé par un Grec, l’école, on voulut y faire fredonner par des enfants une chanson inspirée par une Japonaise, Yoko Ono, et joliment interprétée par un homme qui fut assassiné à New York. Cette chanson vantant l’universalisme eut un succès dit planétaire, c’est pourquoi 44 ans après sa sortie, on la réclame encore.
L’institutrice voulant mettre en pratique le côté fraternel de la chanson proposa qu’on l’interprète dans plusieurs langues (l’anglais, l’espagnol, le corse, l’arabe et l’italien). Alors, me direz-vous, pourquoi une idée pareille ? Pourquoi, vouloir traduire cette chanson en ces cinq langues et non en russe, chinois, ou en botswanais ? La réponse est en vérité plus géographique que linguistique :

La Corse est une île au milieu de la Méditerranée occidentale. Je ne sais pas si vous visualisez la Corse et l’ouest de la Méditerranée, mais historiquement comme carrefour migratoire c’est tout le contraire de l’Islande qui, elle, est aussi une île mais à l’ouest de la mer de Norvège !
Des Étrusques aux Vandales sans oublier les Grecs, les Maures, les Aragonais… et finalement les Français, on peut dire qu’il y en a eu du passage sur cette île de beauté.

Oh oui, et il y a tellement de peuples qui sont passés par la Corse que si l’île eut été une femme, les gens qui croit mordicus en l’existence d’un juif palestinien comme messie, Jésus pour ne pas le nommer, l’aurait certainement traitée de trainée ! Alors que – joie du patriarcat – si la Corse était un mec : on lui aurait tapé gentiment sur l’épaule en l’appelant comme ce personnage espagnol, Don Juan, dont l’histoire fut racontée par un Français, Molière, et qui inspira un opéra en italien composé par un Autrichien, Mozart.
Bref, géographiquement la Corse est entre l’Espagne et L’Italie, la France et le Maghreb. Donc, historiquement et géographiquement, il est logique que dans une école de la République Française, on y chante un hymne à la fraternité, dans la langue insulaire mais aussi dans celle des peuples qui l’entourent.

Mais voilà, n’écoutant que leur xénophobie et au mépris de l’éducation, du vivre ensemble et surtout de la culture qui, s’il elle peut avoir une origine, n’a certainement pas de frontière, quelques gens du coin ont poussé la connerie jusqu’à son paroxysme en faisant passer cette île où je suis né, où j’ai grandi, où j’ai vécu mes plus jolies fantaisies sentimentales et mes plus belles histoires d’amitié, pour un fief de fachos. Autant vous dire que ça me fiche sacrément en rogne ! Bien que, c’est un secret pour personne, il y ait autant d’abrutis en Corse qu’ailleurs car le racisme est tristement universel, c’est dans la réponse à la connerie qui nous écrase que l’on peut espérer s’élever un peu.

La bonne solution n’est pas d’annuler une kermesse, de se taire, de regarder ailleurs en glissant la merde sous un paillasson en espérant que l’odeur se dissipe mais de relever la tête et d’agir ! Il faut crever l’abcès ! Il faut que toutes les écoles de Corse interprètent « Imagine » dans sa version multilingue. Il faut que toute la Corse, que les Corses (c’est-à-dire les gens vivant en Corse) montrent une solidarité exemplaire avec ces institutrices. Il faut leur montrer que la lâcheté n’a pas à avoir sa place, et qu’une société qui ne tend pas vers l’ouverture d’esprit est une société sclérosée.

Que la Corse retrouve les « clichés » qui lui font honneur comme la solidarité, la douceur de vivre, et cette jeunesse qui se retrouve dans les cafés pour chanter, entre deux verres, des chansons corses qui parlent d’amour et de liberté en s’accompagnant à la guitare… la guitare qui, n’en déplaise aux cons, fut inventée par un Arabe.

Pour info : Un rassemblement citoyen aura lieu ce samedi 27 juin, 18h, place du Marché, à Migliacciaru (Haute-Corse), merci de relayer cette info.

par Anthony Casanova

PS : Le « Coq des Bruyères » est, pour des raisons qui nous concernent et nous regardent, un hebdomadaire satirique gratuit et sans pub. Nous n’avons jamais demandé de dons, et nous ne le ferons jamais. Cependant, effet « boule de neige », certains lecteurs nous ont demandé s’ils pouvaient nous aider financièrement… c’est très gentil à vous, mais si vous voulez soutenir la presse satirique : faites un don ou abonnez-vous à Charlie. Merci pour eux.

# [Les derniers articles de Anthony Casanova]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette