Dérapage incontrôlé 

par | 21 Jan 2020

NAQDIMON fait son malin

Tiens, moi qui vous cause hebdomadairement de mes agacements réguliers, je vous l’avoue bien net, je vis en Province. Si, si, j’vous jure, je n’habite pas la Capitale – notez le C majuscule – mais en Lorraine, à Nancy, pour être précis et donc, je suis citoyen d’une des 36 000 communes dont s’enorgueillit notre beau pays.

Et dont, en fait, je n’ai rien à talquer. Cette semaine, dans le cadre des soldes et de la grande tradition politique qui pousse les gens en place à redécouper la carte nationale au profit de leur parti, Castaner a soufflé qu’on ne comptabiliserait plus les communes de moins de 9 000 pékins dans les statistiques pour les élections. Faut reconnaître que c’est gonflé, comme méthode. Mais ce n’est pas si débile, même si ça pue la bidouille moisie à 100 pas. Car, sur les fameux 36 000 patelins que compte le pays, il y en a pas loin de 25 000 où on trouve moins de 1000 habitants. Habitants, pas électeurs. Et dans ces trous paumés, ce n’est pas le plus militant qui est élu, c’est celui qui veut bien se charger de démerder le quotidien du village, en plus de son boulot, bien souvent et pour une somme qui ferait honte à un smicard. Alors, en effet, penser que l’élection du Père Mathieu, exploitant agricole le jour et maire la nuit, par les 25 cacochymes de son bled a un rapport avec la politique de Macron, c’est se fourrer le doigt dans l’œ…

RRRRAAAAHHHH, PUTAIN DE BORDEL DE MERDE DE NOM DE DIEU DE MOI-MÊME, JE N’Y ARRIVE PAS !

Pardon, je m’explique. J’étais vraiment parti pour vous causer de la sociologie du trou rural par rapport à la dimension nationale, tout ça, et puis, j’ai entendu le Lider Minimo, Camarade Jean-Luc, bref, Mélenchon himself, sortir une nouvelle connerie qui refoule plus qu’un godillot de CRS après cinq jours de manifs de Gilets Jaunes. J’ai bien essayé de ne pas en parler, histoire de ne pas faire de redite par rapport à la semaine dernière, mais, désolé, je n’y arrive pas. D’ailleurs, j’admire la constance des Insoumis dans les propos gerbants concernant les Juifs, pas moins d’un par semaine, ils sont en train d’exploser le record de Le Pen père, c’est fort. 

Donc là, stop, ras le cul. Ras la casquette de voir ces empapaoutés de la cervelle s’essuyer consciencieusement les panards sur le CRIF ou Israël à chaque occasion, même sans occasion, d’ailleurs, pour faire les beaux auprès d’un électorat aussi con qu’ils sont faux-culs. Ces dignes héritiers de Déat et Doriot n’ont même plus honte de ce qu’ils vagissent, ils assument leur ineptie au nom de la Grande Révolution de Mes Couilles, notez là aussi les majuscules. C’est un feu d’artifice d’arguments merdeux, c’est un concours de formules moisies et plus c’est gros, plus ça passe. La dernière de l’autre tocard dont la personne est sacrée pour les glands à paillettes – © Steph Sonotone – est de répondre, alors qu’on l’interroge sur l’Islam politique, qu’il y a un danger communautariste juif à cause du CRIF. Ben voyons, Léon ! T’as vu ça de ta fenêtre, Ernest ou t’as eu une révélation divine ? J’ai déjà entendu Méluche dire des conneries, des grosses, des calibrées, des sévères, mais là, il confine au sublime, il tutoie les sommets, le tout à l’ego ! Je ne vais pas m’amuser à remettre en perspective les exigences de l’Islam politique et les thés dansants médiatiques du CRIF, j’aurais trop honte de rentrer dans le jeu de con de Camarade Jean-Luc. 

Alors, c’est net et je le dis bien fort. Chers Candidats du PS, j’ai voté pour vous toute ma vie électorale, sauf en 2002 et sauf pour Hamon – hé, ho, y a pas marqué « Crétin » sur mon vaste front de poète ! – mais tant que vous ne prendrez pas l’engagement de ne JAMAIS passer un accord électoral avec cette bande de sacs à vomi qu’est la France Insoumise, vous pourrez allez vous faire téter les yeux par des canards syphilitiques avant d’avoir ma voix, bordel !

PS : pendant que je rédige cette chronique, j’écoute l’excellente émission « Au fil de l’Histoire » sur Inter, ce soir, c’est sur « l’arrestation » de « Vies et destins », le terrible roman de Vassili Grossmann. On y rappelle que c’est Staline qui a commencé à dire « sioniste » à la place de « Juif ». Et on y évoque aussi le « complot des blouses blanches ». Il a bien retenu la leçon, Mélenchon.

Par Naqdimon Weil

Par Naqdimon Weil

Naqdimon Weil est rédacteur. Il est aussi chroniqueur. Il est surtout social-démocrate universaliste, laïcard et sioniste. Il est gravement quinquagénaire et profondément provincial. Et, évidemment, il est dans le Coq.
D'autres Chroniques

Dessine-moi Mahomet

Cette chronique je l'ai déjà écrite. Pas une fois, pas dix fois peut-être cinquante fois. Elle parle d'assassinat, de terrorisme. Elle parle de croire ou de ne pas croire. Elle vante un peu la...

Les Viviant et les Morts

L’assassinat effroyable d’un professeur d’histoire, énième victime d’une guerre qui ne dit pas son nom et que nous ont déclarée les fanatiques islamistes, nous a de nouveau plongé dans la stupeur,...

Encore plus jamais

«Toujours et jamais, c'est aussi long l'un que l'autre» Elsa Triolet Et ça recommence, encore et encore, comme le chantait Cabrel. Un assassin islamiste massacre un prof d'histoire pour une...