Dernière avant la bombe?

par | 1 Mar 2022

«Allô, Poupou? Alors, on a une dent contre l’Otan, alors, on envoie des missiles sur Kiev? Qu’est-ce que c’est que ces manières de tarlouze? Tu me fais un peu penser à un pauvre type qui se fait insulter, bâcher, humilier au boulot tous les jours par son patron, et qui se venge le soir sur sa gonzesse en lui cognant dessus le soir au milieu de ses cadavres de Kronembourg. Si tu as un peu des couilles, vas-y, envoie-les directement sur le Pentagone, tes missiles nucléaires!  
Et, tiens, pendant que tu y es, ficelle-toi au bout d’une ogive, ça nous fera un Bortch à l’arrivée, nous, les français, on est un peuple de bouffe, merde… Merde!»

Bon, j’avoue que je suis un peu énervé. Et ce n’est pas la fréquentation des réseaux sociaux qui va me calmer. D’accord, je sais que ce n’est pas fait pour ça, et que l’anonymat transforme des anges en nerveux, des pondérés en enragés, et des cons en ultra-super cons.
Et puis d’abord, quoi, Sibille? Qu’est-ce que t’as, avec la Russie? Tu as oublié les impérialistes américains? l’agent orange? Pas le Dalaï Lama, imbécile! Tiens, rejette un œil sur «Apocalypse now», puisqu’on en parle! Oui, c’est ça, la guerre au Viet-Nam, bieeeeen, tu avais oublié.
Tu as oublié, le Chili, en 1973? La complicité plus ou moins discrète dans l’assassinat de la démocratie et dans le suicide d’un président aimé de son peuple, pour expérimenter le néo-libéralisme et faire rentrer le pognon? Voilà ce que c’est, tes potos américains qui ont inventé la malbouffe et Elvis Presley, qu’à la fin le père de Priscilla était un concentré des deux à lui tout seul.
Tu as oublié la guerre d’Irak, et la promotion d’un ex partenaire de jeu en dictateur, juste pour faire rentrer le pognon, toujours? Et Hiroshima, c’était un feu de bengale pour amuser les bébés, peut-être? Et les bases de l’Otan installées un peu partout aujourd’hui, avec des ogives nucléaires dormantes, mais braquées sur à peu près tout ce que le monde compte de pays, et pas seulement en Europe? Et …
TA GUEULE!!!

Tu essaies de me dire quoi? Oui, évidemment, qui oserait prétendre que tout ce qui se passe outre Atlantique relèverait de la perfection? Mais, à ce que je sache, depuis George Washington, aucun président des «states» n’a été élu à vie, si? Si ma mémoire est bonne, c’est au maximum deux mandats de quatre ans, et après, pieds au cul constitutionnel!!! Oui, je sais ce que tu vas me dire. Je sais pertinemment que ces malheureux russes n’ont jamais connu la démocratie, ils sont passés directement de la tyrannie tsariste à la dictature communiste, et alors?

C’est la faute aux yankees, peut-être, si le maintien au pouvoir à vie rend parano des tortionnaires qui le sont à moitié au départ? C’est la faute à Ronald Reagan, tout enfoiré qu’il fut, si les services secrets russes ont inventé le polonium? C’est la constitution américaine, qui a permis à Poutine de garder les rênes du pouvoir pendant l’arnaque de la parenthèse Medvedev, et d’avoir signé lui-même le décret qui l’assure d’y rester jusqu’en 2035? Donc, à vie? C’est Barak Obama, qui fait mettre en prison ou assassiner sur son ordre des opposants politiques ou des journalistes?

Faudrait pas tout mélanger. Oui, le monde est imparfait, mais il le sera moins quand on sera débarrassé de ce genre de vermine.

Et j’aimerais en mettre une louche à l’adresse de Jean-Luc Mélenchon, qui affirme, parmi ses moult volte-faces de girouette cocaïnée, «seul le monde anglo-saxon a une vision des relations internationales fondée sur l’agression.» Ou à celle d’ Eric Zemmour, qui disait il y a encore quelques semaines: «il nous faut un Poutine en France», arguant piteusement du fait qu’il s’appuyait juste ici sur l’amour du grand pour son peuple. Désolé, mais moi, là, j’ai vraiment beaucoup de mal à distinguer l’homme de l’artiste.

Ô que dieu me préserve, (ce qu’il a réussi à faire jusque-là), d’être macronien. Mais d’où peut venir ce poutinisme même pas honteux d’une bonne partie de nos candidats?
Peut-être du fait qu’ils haïssent tellement, (à tort ou à raison),  celui qu’ils appellent «le poudré», ils bavent tellement de haine devant l’attitude plutôt responsable qu’il a eue jusque-là dans ces moments difficiles, ils fulminent tellement à l’idée que ça puisse le faire réélire, qu’ils en deviennent prêts à supporter un malade mental qui menace la planète du feu nucléaire.

Et ça, mon pote, c’est grave.

Par Christophe Sibille

Par Christophe Sibille

Christophe Sibille a enseigné la musique à de futurs instituteurs durant 32 ans. Il a aussi écrit des brèves pour plusieurs journaux satiriques ou humoristiques dont Charlie Hebdo. Dans les années 80-90, il accompagna le duo Font et Val au piano. Il anime sur Radio Balistiq l'émission "Le Balistiq café" tous les jeudi 19 heures
D'autres Chroniques
V comme Val (Philippe)

V comme Val (Philippe)

Auteur compositeur interprète, journaliste, rédacteur en chef puis directeur de Charlie Hebdo, essayiste… Philippe Val est avant tout un intellectuel français. Il publie aux éditions de...

Attention aux dangers de l’été

Comme je l’ai évoqué dans la dernière Revue de presse de la saison sur Paris Première, je reviens sur tout ce qui doit alerter avant cette période estivale marquée, on le sait, par l’insouciance des...