Des imbéciles extrêmement heureux
Par Chraz , le 22 octobre 2013

CHRAZnique

 

Oyez oyez heureux contribuables,

Même les imbéciles le savent : on ne dit pas « un homme intelligent heureux ». Car plus on se cultive et plus on réfléchit, et plus on réfléchit, plus on comprend qu’il serait honteux d’être vraiment heureux face à la misère du monde, comme l’écrivait Camus dans « La Peste » (les Sarkozystes se souviennent sûrement de Stéphane Camus, non ?).

C’est pour ça qu’il n’y a pas 36 solutions, il n’y en a qu’une : il faut croire. Croire en n’importe quoi, mais croire, et sans douter. On peut soit s’engager chez les talibans, soit voter FN. Tout comme les partisans de la charia, le FN propage des idées binaires, il est donc le seul parti français à pouvoir faire de nous de véritables imbéciles, c’est-à-dire des gens heu-reux.

La recette pour trouver le bonheur est toujours la même : lisez un seul livre et vous croirez avoir tout compris, ce qui vous rendra heureux. Lisez-en des centaines et vous comprendrez seulement que vous ne savez finalement pas grand-chose, ce qui vous rendra insatisfait, donc malheureux.

Et peu importe le livre, du moment qu’il explique que les problèmes de l’humanité ne sont pas complexes, mais extrêmement simples.

Pour les intégristes, il y a d’un côté les croyants, qui iront au paradis, même s’ils sont bêtes à manger du foin, et de l’autre les mécréants, qui iront en enfer parce que ce ne sont pas de vrais humains.

Et pour le FN, il y a d’un côté les français, qui sont chez eux et qui ont tous les droits car ils sont bons -même s’ils ont trois neurones-, et de l’autre les métèques et autres bougnoules, qui viennent égorger nos filles et nos compagnes, en faisant semblant de tomber de leur barcasse surpeuplée et de se noyer par centaines, histoire d’être récupérés et choyés par des navires de luxe comme le Costa Concordia. Ou en se planquant dans des trains d’atterrissage pour profiter d’une surgélation gratuite. Alors qu’on sait très bien que la misère n’existe pas, il n’y a que des fainéants qui ne veulent rien foutre !

Dans les deux cas, pour supprimer tous les problèmes, ce n’est pas compliqué : il suffit de flinguer les incroyants, ou de rejeter la racaille à la mer, pour vivre enfin heureux dans une opulence bien méritée, protégés par nos kalachnikovs ou nos miradors.

Si on veut bien oublier quelques instants ses idées nauséabondes et préhistoriques et ses appels à la haine de la différence et au repliement sur soi -tellement agréables tant qu’on reste entre nous-, le Front National ne va donc pas nous apporter que la justice, la fin des magouilles et des valeurs d’altruisme à la con de Matthieu Ricard, il va nous donner le bonheur. Le bonheur pour tous et sans effort. Pas besoin d’être gentil ou intelligent, il suffit d’être français, alléluia !

Ce qui est ennuyeux, c’est que si les dirigeants du Front National méritent leur titre d’ « élites », l’électeur de base, lui, il a plutôt un QI au ras des pâquerettes. Ce n’est pas qu’il soit toujours méchant et raciste, mais il faut bien constater qu’il n’atteint souvent qu’un niveau de culture proche de la moule accrochée à son rocher, ce qu’on ne peut pas lui reprocher puisqu’on ne lui demande de fonctionner que comme un aimant, qui attire d’un côté et repousse de l’autre. Pour ceux qui trouvent que j’exagère, pas besoin de regarder les interviews à la télé des électeurs d’extrême droite pour s’en convaincre, il leur suffit d’interroger leur entourage qui vote FN, ils sont de plus en plus nombreux. Et si avant ils avaient honte, maintenant ils en sont fiers, alors ils sont très faciles à trouver. Et là, on voit qu’à quelques exceptions près, le mouton national de base n’a malheureusement pas le même niveau que ses bergers, entraînés à occulter ce qui pourrait le faire fuir, comme les galipettes de Marine chez les nazis en Autriche et autres dérapages…

Alors le bonheur, c’est très attirant, mais du coup, le FN manque de candidats gérables. Et cette pauvre Anne Sophie Leclere, qui a comparé Christiane Taubira à un singe, et qu’elle préfère voir « dans un arbre après les branches », en est une bonne illustration. Pour cette raciste ordinaire, devenue candidate en trois mois, c’est juste une question de sauvagitude, et elle ne comprend même pas ce qu’elle dit (« J’ai des amis noirs et c’est pas pour ça que j’ai envie que c’est des singes ! »). …quant à son mari, il est encore plus neuneu, si possible (« Il vaut mieux mettre une belle fille en vitrine qu’un homme avec une gueule de con et un oeil de verre », Jean-Marie a dû apprécier !).

Très belles phrases, qui expriment tout haut ce que la plupart des blaireaux pensent tout bas, mais son parti a été obligé de la virer ! Et qui on va mettre à la place ?

C’est que ça fait tache, de dévoiler le fond de la pensée nationaliste, et ça rappelle des périodes pas très ragoûtantes. Alors, on planque les blagues coloniales et les saluts nazis. Et le soir des résultats de Brignoles, Bruno Goldnich est obligé de calmer certains électeurs survoltés meuglant comme des boeufs « On est chez nous ».

Du coup, l’extrême droite est face à un double défi : dès qu’elle le peut, elle assassine la culture pour privilégier les fêtes de la bière et autres franches poilades dans lesquelles le cerveau a peu d’utilité, afin de fabriquer plus d’imbéciles et donc d’avoir plus d’électeurs. Mais comme en France elle ne veut pas prendre le pouvoir avec un putch mais par les élections, elle manque de candidats. Elle en est réduite à inscrire sur les listes électorales en deux minutes des imbéciles trouvés au porte-à-porte, comme on l’a vu dans « Envoyé spécial » avec cette merveilleuse zoologue de Anne Sophie Leclere.

L’autre avantage de l’extrême droite, en plus de nous apporter le bonheur, c’est qu’elle est un bon baromètre : quand tu ne te souviens plus de ce que tu as fait la veille, tu peux en déduire que c’est peut-être un début de maladie d’Alzheimer, et quand tu envisages un jour de voter FN, tu peux te demander si tu n’es pas en train de devenir idiot.

 

par Chraz

# [Les derniers articles de Chraz]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette