Que Dieu nous lâche la grappe
Par Anthony Casanova , le 27 septembre 2016

Anthony CASANOVA est politiquement correct

Anthony Casanova par BabouseDieu, Allah, Vishnou, peu importe le nom donné par ceux qui le prient, il n’en finit pas de polluer l’actualité.

Au Québec, l’établissement scolaire privé « École musulmane de Montréal » porte plainte pour diffamation contre la militante féministe, Djemila Benhabib, pour avoir dénoncé l’endoctrinement religieux pratiqué dans les établissements confessionnels, notamment « la soumission des élèves à des versets coraniques haineux, violents et sexistes contenus dans le programme et publiés sur le site Internet de l’école (disparus depuis la poursuite) ainsi que le port obligatoire du voile islamique par les élèves. »

En Pologne, le Parlement a décidé de proposer une loi interdisant totalement l’avortement. Avant cette loi, si vous étiez polonaise, vous pouviez avoir recours à l’IVG dans trois cas: risque pour la vie ou la santé de la mère, examen prénatal indiquant une grave pathologie irréversible chez l’embryon et une grossesse résultant d’un viol ou d’un inceste. C’était déjà trop! Maintenant ce ne sera que si la femme risque de crever en accouchant, et le texte prévoit aussi une jolie peine de prison pouvant atteindre cinq ans aussi bien pour les médecins et autres personnes participant à l’IVG, que pour les patientes elles-mêmes.

En Jordanie, l’intellectuel Nahed Hattar devait se rendre à son procès pour répondre à l’accusation de « mépris pour la religion ». Ce dernier avait partagé sur Facebook un dessin, dont il n’était pas l’auteur, se moquant des kamikazes. Eh bien la justice « divine » fut plus rapide que celle des hommes puisqu’il fut assassiné le jour de son procès. Suite à cet immonde meurtre, le caricaturiste marocain, Khalid Geddar, se retrouve menacé de mort pour avoir exprimé sa solidarité en publiant le dessin en question sur les réseaux sociaux.

S’il nous fallait une preuve de l’omniprésence de Dieu, c’est bien dans le récit des exactions commises par ses fidèles qu’il faudrait la chercher. Or, si nous souhaitions une preuve de son omniscience… là ce serait plus compliqué. Car il faut bien se l’avouer, c’est surtout par leur faculté à étaler leur inculture aussi grasse qu’un loukoum que les amoureux du démiurge se font remarquer. Dieu par-ci, Allah par-là, on aimerait bien pouvoir parler d’autres choses, mais chaque fois qu’on est sur le point de le faire, ceux qui ne pensent qu’à l’au-delà passent leur temps à nous pourrir la vie d’ici.

Alors que nous pensions que l’écologie serait le problème majeur du XXIe siècle, que nous ne parlerions que de ça… on se retrouve à se dépêtre constamment avec le religieux. Il y a beau y avoir eu les mathématiciens grecs, Galilée, Darwin, Gagarine, Armstrong, les explorations sur Mars… on se retrouve encore à causer de Jésus et de Mahomet! Deux pauvres types dont on ne sait rien, dont personne ne devrait rien avoir à foutre, et pourtant!
La science, la technologie, le savoir, toute forme d’intelligence nous prouve l’inexistence du divin, tout nous prouve que prier Dieu est aussi absurde que de danser pour faire tomber la pluie… mais on continue quand même à se tourner vers La Mecque et le Vatican.

Plus que la laïcité, c’est vers la promotion d’un athéisme total qu’il faut se diriger. Combien de temps allons-nous encore supporter que lorsque l’intello montre du doigt la planète Vénus, l’idiot pense encore suivre l’étoile du Berger?

par Anthony Casanova

# [Les derniers articles de Anthony Casanova]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette