La douce saveur sucrée de la victoire
Par Naqdimon Weil

Les valeurs de Mr NAQDIMON

claire-432-1L’espoir est plein d’optimisme !

Une aube nouvelle se lève sur l’avenir de la France et seuls les gauchistes ataviques incapables de se réjouir des bonnes choses peuvent s’en plaindre. Car les résultats du premier tour de l’exemplaire primaire de la Droite sont une éclatante leçon donnée au Monde entier de la toute-puissance morale et intellectuelle française et une sévère claque à la camarilla journalistico-sondagière aux ordres des trotskystes de la rue de Solférino.

Car, et en tout premier lieu, cette élection est la démonstration que l’électeur français – du moins celui dont la voix a de l’importance, je passe bien évidemment sous silence la cohorte des chevelus allogènes drogués à laquelle on a accordé un droit de vote bien inutilement – sait se manifester avec force et décision. Oui, ce dimanche, c’est la France qui travaille qui s’est rendue aux urnes et qui a exprimé d’un ton souverain son choix impérial. Ce choix, et je m’en réjouis car j’ai toujours trouvé que ce candidat était le meilleur atout pour la Nation, après avoir été celui de la Sarthe,  s’est porté sur l’exceptionnelle personnalité de François Fillon dont le charisme insolent n’est pas sans rappeler celui d’un Caton l’Ancien ou d’un Maurice Couve de Murville. Cet homme politique bienveillant, qui n’a jamais hésité à vilipender courageusement les sombres manœuvres gauchistes de ses adversaires et particulièrement celles du Maire de Bordeaux dont la rouerie maladive n’est plus à démontrer, ce libéral traditionaliste qui ne s’en laisse pas conter par les invertis et les sectateurs de religions moyen-orientales, ce sportif de haut niveau sera l’image de la France pour 5 ans et nous ne pouvons que nous en féliciter. Merci d’avance, François Fillon, de remettre ces tire-au-flanc de fonctionnaire dans le droit chemin et d’en écarter 500 000 du budget de l’état, merci de permettre à nos ouvriers de pouvoir atteindre 48 heures d’emploi par semaine afin de retrouver la valeur travail si absente de nos jours, merci de redonner du lustre à l’indéfectible alliance avec la Russie, notre amie de toujours, merci, merci, merci.

Mais surtout, je veux remercier ici le futur Président de la République d’avoir accompli une salutaire mission de service public. Ceux qui me font l’honneur de me lire le savent bien, jamais je ne m’engage derrière une quelconque personnalité politique, sourcilleux que je suis de mon indépendance morale. Il a pu m’arriver de féliciter du bout des lèvres l’un ou l’autre d’entre eux, mais c’est une exception. Mais surtout, s’il est une personne dont je me méfie depuis toujours, c’est bien ce Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa, ce rastaquouère étranger qui s’est trop longtemps pavané sur les médiatiques françaises. Oui, nous pouvons remercier l’ancien maire de Sable-sur-Sarthe d’avoir contribué par sa lumineuse présence à renvoyer ce malappris hongrois dans ses foyers d’origine, avec sa chanteuse aphone de femme sous le bras, afin de laisser le terrain de la vraie politique aux vrais Français. Depuis trop longtemps, ce pseudo-tribun hystérique a manipulé l’opinion pour faire croire à sa popularité, alors qu’il est unanimement haï par les gens de bien et de culture. Que voilà une bonne chose de faite !

Il ne reste plus à notre héros qu’à battre le vieillard bordelais avant de devenir le Leader attendu par tous les Français dignes de ce nom, car ensuite, l’élection du mois de mai ne sera qu’un piètre défi pour son incommensurable talent.

La semaine prochaine, je vous indiquerai comment faire disparaître toutes les images du margoulin hongrois de votre ordinateur.

par Mr Naqdimon

Mr Naqdimon by Babouse

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie