Elles ne manquent pas d’air !
Par Naqdimon Weil , le 10 novembre 2015

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

Éteindre le feu, oui, mais ne pas se tromper de foyer.

Le week-end passé, Madame Hidalgo, l’ibérique intrigante qui occupe indûment le poste de Maire de Paris, n’a pas réussi à se mettre d’accord avec la répudiée du Poitou qui fait fonction de Ministre des Espaces Verts, Ségolène Royal, sur le sujet de la circulation alternée dans la Capitale. Sous le simple prétexte du réchauffement climatique, on a encore pu assister à un énième naufrage de la camarilla socialo-écologiste qui mène le pays à la ruine au rythme de la mer recouvrant la baie du Mont Saint Michel.

Cette malheureuse mésaventure ne peut qu’entraîner, chez l’Homme Sage que je m’astreins à être, deux réflexions.

Tout d’abord, il faut constater que deux femmes en général, et celles-ci en particulier, sont bien incapables de s’entendre entre elles. Et ceci ne peut pas surprendre l’observateur impartial de la vie publique française. En effet, comme il a pu m’arriver de le souligner ici ou là, les représentantes du beau sexe ne sont pas dotées par Mère Nature des armes nécessaires à la négociation saine et virile. Incapables de comprendre le principe de l’équilibre des forces, notion purement masculine, les femelles ne peuvent, en cas d’opposition ferme et déclarée, que fondre en larme ou sortir leurs griffes. Vous avez déjà certainement assisté aux rixes d’une rare violence entre consommatrices autour des étals de grandes marques lors des soldes sur l’avenue Montaigne. À côté de ce spectacle d’une fureur démentielle, le plus brutal des combats de boxe n’est qu’un aimable débat entre philosophes apaisés. Et l’on sait bien que les personnes du sexe faible tentent toujours d’attirer l’attention du Mâle dominant en se chicornant à sa vue. Nos deux harpies marxisantes ne dérogent évidemment pas à cette règle éternelle. Pour essayer de capter l’aumône d’un regard du Sybarite de l’Elysée, elles n’hésitent pas à s’affronter sous les yeux des caméras gourmandes et de Français navrés. Montrant ainsi un bien triste exemple aux jeunes filles de France, qui abandonnent alors tout espoir de devenir des femmes de bonne tenue. Voilà pourquoi il serait temps que ceux qui président au Destin de la Nation fassent preuve de courage politique et, au nom de l’éternel féminin, renvoient nos femmes, sœurs et filles à leur situation naturelle de mère, cuisinière, gouvernante et repos du guerrier qui leur sied bien plus.

Dans un second temps, il faut toutefois prendre en compte le risque que fait courir à la Patrie le réchauffement climatique. Outre le fait que nos plages de la Côte d’Azur risquent d’être inaccessibles aux masses, ce qui les mèneraient vers les bords de l’océan réservés à l’élite, ce qui serait inadmissible, nous risquons de voir débarquer des masses de mahométans et autres rastaquouères allogènes affamés sur le sol français. Et ce serait tragique. Cependant, la voiture est-elle la seule coupable de cet état de fait ou est-elle la victime propitiatoire choisie par les écolo-bolchéviques ? Je penche pour la seconde solution. Car, jamais, et je dis bien jamais, les rouges-verts n’ont souligné le démentiel risque climatique que font subir à la France les marchands de kebabs ! Ces gargotes malodorantes passent leurs journées, et même leurs nuits, tant ces personnes sont d’avaricieux boutiquiers, à faire tourner des viandes aux origines aussi douteuses que les leurs, devant un feu d’enfer. Et ils ajoutent à ce peu ragoûtant barbecue des pains graisseux surchauffés entre des plaques électriques mal isolées dont la déperdition d’énergie est évidente. Voilà bien un point nodal de la lutte météorologique que l’on tait aux Français.

Alors avant d’interdire aux bons citoyens de faire leurs courses à la Capitale et aux banlieusards de venir tenir leurs rôles de vendeurs et de vigiles, il est plus que temps de faire fermer les échoppes turques qui polluent le ciel de France !

La semaine prochaine, j’aborderai le douloureux sujet de l’héritage des biens familiaux et la façon de ne pas faire profiter les enfants rebelles ou invertis de nos biens et revenus.

 

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

DCL - Déssinez créez liberté