En marche et pas pressé

par | 25 Fév 2020

Pianotages de Christophe SIBILLE

Nous voilà à un peu plus que mi-mandat, («ami mandat, ami mandat, bois donc ton verre», la joie du calice jusqu’à l’hallali, on n’y est pas encore, mais patience.) Et le journaliste sérieux et exhaustif, (oui, il en reste, il n’y a pas que des Taha Bouhafs, Christophe Barbier ou Apolline de Malherbe), qui voudrait faire un rapport circonstancié sur les couenneries à répétition dont se rend autrice cette macronie, depuis son numéro un jusqu’à ses godillots les plus anonymes, aurait intérêt à faire plusieurs Griveaux à son mouchoir s’il ne veut pas en laisser la moitié sur le bord de la route. (La moitié des couenneries. Désolé pour cette trop longue phrase, mais j’ai eu la flemme de la couper.)

Et je ne sais pas par quel bout la prendre. Comme aurait pu dire la femme de Benjamin, (qui, comme ne nous le contait fort opportunément tonton Georges, n’avait rien à voir avec celle de Bertrand, ni de celle de Gontran, ni de celle de Pamphile, mais qui était assurément moins désirable que celle d’Hector.)

Je passerai assez vite sur notre autopromu vidéaste amateur, très vraisemblablement piégé par des enculés, mais à la victoire électorale duquel seuls ses fidèles colleurs d’affiches, sûrement sincèrement éplorés après la diffusion en mondiovision du corps du délit, croyaient vraisemblablement encore.

Au point que des cons de plotistes pourraient se demander si on n’avait pas téléguidé sa perche pour s’en débarrasser?

Mais qui est ce on? Des colleurs eux-mêmes? Je pose ces questions, auxquelles personne ne répond.

Serait-ce Agnès Buzyn, qui, une fois la candidature de Benji défoncée par sa propre teub, avait déclaré trouver son ministère du Coronavirus trop prenant pour le remplacer? Mais pas assez pour finir par tourner casaque, et laisser son plan de sauvegarde de l’hôpital public en plan, avec tout le personnel qu’elle adore quand-même et qu’elle pleure d’abandonner?

Et le remplaçant de Bubu la remplaçante, qui pense que le même coronavirus se déplace par les tuyaux du «web», on en parle aussi?

Ça y est, c’est fait.

J’oubliais le fringant ministre de l’Intérieur, qui, avec la légèreté qui le caractérise, a rappelé à la France entière qu’un responsable politique ayant un peu souligné l’inconséquence de notre ex-futur candidat futur non élu potentiel ferait mieux de la boucler parce qu’il avait divorcé trois fois par le passé.

Mais bon, Casta considère que la vie n’est pas linéaire, alors, on lui pardonne.

Et, pour finir, à tout seigneur tout honneur, le premier d’entre tous ces «du nouveau monde». Qui, après un assez joli, (en tous cas assez habile) discours en forme de prise de position contre le communau … le séparatisme islamiste, pardon, (et pour détourner l’attention de sa réforme des retraites), vient de se laisser photographier dans le bain de foule consécutif avec une magnifique bâchée en premier plan.

Non, non, qu’est-ce qu’on se marre! Même si on rit jaune, comme me le confiait un restaurateur du treizième arrondissement voyant fondre sa clientèle terrifiée par le fait que le coronavirus, tel un vulgaire VIH par un serrage de mains, puisse se transmettre par sa nourriture.

Non, non, je vous le dis, je ne suis pas du tout, mais pas du tout pressé de voir arriver 2022.

Après tout ça, je soupirerais presque de soulagement en constatant que le plus grand vendeur de disques français en ce moment, c’est Jul!

C’est vous dire dans quelle merde on est.

Par Christophe Sibille

Par Christophe Sibille

Christophe Sibille a enseigné la musique à de futurs instituteurs durant 32 ans. Il a aussi écrit des brèves pour plusieurs journaux satiriques ou humoristiques dont Charlie Hebdo. Dans les années 80-90, il accompagna le duo Font et Val au piano. Il anime sur Radio Balistiq l'émission "Le Balistiq café" tous les jeudi 19 heures
D'autres Chroniques

Dessine-moi Mahomet

Cette chronique je l'ai déjà écrite. Pas une fois, pas dix fois peut-être cinquante fois. Elle parle d'assassinat, de terrorisme. Elle parle de croire ou de ne pas croire. Elle vante un peu la...

Les Viviant et les Morts

L’assassinat effroyable d’un professeur d’histoire, énième victime d’une guerre qui ne dit pas son nom et que nous ont déclarée les fanatiques islamistes, nous a de nouveau plongé dans la stupeur,...

Encore plus jamais

«Toujours et jamais, c'est aussi long l'un que l'autre» Elsa Triolet Et ça recommence, encore et encore, comme le chantait Cabrel. Un assassin islamiste massacre un prof d'histoire pour une...