Et maintenant, tous aux putes
Par Patrick Font

FONT exagère mais pas assez

Évidemment, c’est plus facile de s’attaquer à la bite que de résorber le chômage. A noter qu’un gouvernement d’incapables chiffes molles fourre son nez dans nos slips quand il ne sait  pas quoi faire d’autre. C’est comme les religions, à cheval sur nos croupes, prétendant régenter nos façons de baiser. Une Assemblée Nationale votant pour une loi consacrée aux mœurs mériterait d’être bombardée. Putain, y a rien de plus important ? Faire payer les clients des hétaïres au lieu de vous en prendre aux proxénètes, à la violence, aux contraintes, z’avez rien trouvé d’autre ?

Minables. Qu’on s’en nourrisse à droite, c’est normal. Ramassis de racailles aigries ennemis acharnées du plaisir. Mais que la gauche présente elle-même cette loi scélérate…Vous savez bien, bande de nazes, que des pures y’en aura toujours, et des clients aussi, dussent-ils utiliser mille et un trucs pour échapper à la flicaille et aux juges mal léchés. vous savez bien qu’on se démerdera toujours pour débusquer une chatte consentante moyennant salaire. Vous savez bien qu’il y aura toujours des femmes mariées pour pratiquer le cinq à sept, histoire de mieux faire bouillir la marmite.

Mis voilà: il vous faut exhiber une image vertueuse, parangons de la vieille morale catholique que vous êtes, même si derrière cette image se cachent des clients de bordels clandestins. Sarkozy s’était élevé contre le racolage, ça a changé quoi ? Sur internet, on reçoit des centaines d’offres avec photos à l’appui, qui interdira ça ?

Par cotre, le trafic de filles, l’enfermement des filles, les torgnoles et autres humiliations, ben on n’en cause pas trop sur les bancs de l’Assemblée Nationale. S’attaquer à la racine des choses, ça suppose d’avoir des couilles, et ça, c’est pas une denrée en vogue.

N’allez pas en déduire que je suis un ardent défenseur de la prostitution. Mais simplement un mec qui dit: « Foutons la paix aux gens, dans la mesure où la souffrance n’entre pas chez eux ». Car il y a deux sortes de putes, les volontaires et les esclaves. Les volontaires, qu’on les laisse tranquilles. Les esclavagistes, qu’on les fusille.

 

par Patrick Font
# [Les derniers articles de Patrick Font]

La une de Charlie