Faire face à la connerie galopante
Par Thierry Rocher , le 28 avril 2015

Thierry ROCHER renvoie la censure


Par où commencer ? Tellement la connerie qui nous assaille prend de multiples facettes. Alors, encore un givré du turban qui s’est illustré, à Villejuif ; sans doute le nom de la ville qui l’a rendu agressif. Vu le mode opérationnel, ce n’est pas un futur Prix Nobel mais ça n’empêche pas une dangerosité extrême. Un meurtre à la con pour une vie de con. On reste dans une triste logique. Alors la question que je me pose avec, sans doute, un certain nombre de citoyens responsables : où en est-on du projet de stérilisation des Fous de Dieu, qu’ils soient stagiaires ou titularisés ? Va-t-on enfin avoir une pensée pour la génération suivante et ceux qui pourraient naître avec les mêmes tares que leurs géniteurs. C’est un humanisme basique qui doit faire agir les gens de bonne volonté en faveur de la stérilisation. On ne va quand  même pas retomber dans la peine de mort !

La peine de mort justement sous le feu des projecteurs avec ce qui se passe en Indonésie. L’Indonésie, pays de sauvages, de barbares ou de cons, c’est au choix, où après une mascarade de justice doit être exécuté Serge Atlaoui. Un pays à éviter bien sûr mais en attendant que faire ? Là aussi, une question me turlupine : est-ce qu’un pays de merde peut générer des cadeaux de merde à l’ambassade concernée ? Je m’interroge sur une action au sens propre (si l’on peut dire !). Est-ce que des citoyens enverraient leurs excréments emballés correctement bien sûr, le savoir-vivre est important, pour montrer ce qu’un pays de merde leur inspire. Ce type d’action peut se renouveler à destination de plusieurs pays, il va sans dire.

Et la misère d’un tremblement de terre ! Qu’est-ce que ça peut bien inspirer ? Au Népal, ça veut dire quoi ? Ca veut dire des milliers de morts, alors que la Californie, zone sismique reconnue, pour la même secousse en aurait eu une petite dizaine. La vie n’a pas la même valeur dans le  monde, c’est une banalité de l’affirmer mais parfois l’indécence dépasse les bornes ou les borgnes quand on pense aux autorités. On ne construit pas de la même façon chez les pauvres, sans doute parce que les pauvres n’ont pas la conscience du travail bien fait. Enfin, les pauvres peuvent être satisfaits puisque les chaines de télé du monde entier retransmettent leurs malheurs. Les pauvres ont leur utilité puisqu’ils permettent la compassion et d’ailleurs plus c’est lointain, plus la compassion est grande car on ne risque pas d’être envahi par les demandeurs d’asile.

Alors, pour ce qui est des migrants qui meurent en Méditerranée, une mesure importante à prendre, à mes yeux, c’est de protéger les passeurs et leurs embarcations poubelles qui pourraient servir aux trajets inverses et emmener de l’autre côté des candidats au Djihad. Avec un peu de chance, ils auraient le loisir d’aller convertir les poissons. On sait que les candidats jihadistes n’aiment pas le porc mais apprécient le poisson et j’aimerais savoir si l’inverse est vrai.

Voilà ! Sans doute d’autres idées pour compléter cette première approche ! En attendant, je ne sais pas si je vais boire pour oublier, mais en tout cas, je ne vais pas oublier de boire. A ma santé !

 

Par Thierry Rocher

Rocher livreN’oubliez pas les amis : le livre « Debout ! » pour l’obtenir : sur le site www.humouretchanson.fr

La Revue de Presse de Paris Première, en direct du Théâtre Daunou, les deux dernières de la saison : 11 mai et  1er juin.

Et à noter sur l’agenda, la grande soirée « Rocher père et fils » au Théâtre des Deux Anes, le lundi 8 juin.  Réservation ouverte dans quelques jours

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette