Faire du vieux avec du croulant
Par Naqdimon Weil , le 13 mars 2018

NAQDIMON fait son malin

Faut reconnaître que c’est plutôt une bonne chose cette nouvelle manie de tout recycler, de ne pas foutre immédiatement à la poubelle l’aspirateur qui vibre un peu fort ou le beurre qui a une vague odeur de rance. Avec un petit coup de tournevis ou un morceau de carotte fraîche, ça se rattrape. Enfin, quand on ne se goure pas, faut pas essayer de réparer l’aspiro avec la carotte ou de soigner le beurre au tournevis, ça, c’est foiré d’avance. Ou alors, si vous y arrivez, écrivez à la rédaction qui fera suivre, ça m’intéresse à mort !

Tiens, moi qui vous cause, j’adore un dessert de récup’ que fait ma mère, une baguette trop dure pour être mangée, vous la cassez en morceaux, vous la collez dans de la flotte, vous l’exprimez bien fort, vous mélangez avec un œuf, du sucre, de la cannelle, vous ajoutez la pomme toute fripée qui traîne dans le frigo coupée en lamelles, vous beurrez un petit moule à manqué, hop, 45 minutes au four à 180° et paf, une excellente pâtisserie pour quasi-pas un rond, c’est pas du recyclage de première bourre, ça ? De la même manière, je ne déteste pas recycler les vannes de Desproges, les bons mots de ce vieil antisémite réac d’Audiard, certains passages des Blues Brothers ou de la Cité de la peur, voire des extraits de Brassens, c’est facile, c’est pratique et comme je ne le fais qu’avec mes copains, on se retrouve à l’aise dans nos pantoufles, dans cet entre-soi intellectuel bien reposant et complice.

D’ailleurs, faut pas se leurrer, tout le monde fait ça. Les jeux télé des années 60 sont dépoussiérés pour faire croire au public que c’est tout neuf, on recycle le Loft avec des Marseillais, des Chtis ou des Corses – hey, les producteurs, vous avez quoi contre la Lorraine ? Parce que s’il s’agit d’un accent à la con, on a ça aussi, nous, et des blaireaux tatoué/es qui pensent avec leurs organes sexuels, quand ils/elles pensent, on en trouve plein les boîtes de nuit, j’exige de voir « Les Lorrains à La Grande-Motte » ou « Les Nancéiéns vs les Messins en Terre Adélie », non, mais, des fois ! -, les Chiffres et les Lettres ainsi que Question pour pas un rond font toujours un carton, les best of des groupes disparus il y a 30 piges, les tournées des semi-inconnus des années 80 ou les tragédies musicales sur une chanteuse canée dans l’exercice de ses fonctions font gravement recette, bref, on fait du neuf avec du vieux, un coup de Ripolin, deux touches de vernis, de la paillette là-dessus, et en voiture, Simone, ça fait la farce.

Et c’est exactement ce que la mère Tape-Dur, pardon, que Madame la Député de la 11e circonscription du Pas-de-Calais Marion Anne Perrine, dite Marine, Le Pen tente de faire avec le rassemblement de jeunes bas-du-Front et de vieux césaristes gâtifiant que son monolithique et ultra-droitier père avait fondé. Histoire de redonner un coup d’éclat à son parti de réacs, de racistes, d’antisémites, d’homophobes, bref à son parti de crétins, elle passe le polish et elle fait comme le pauvre publicitaire de province qui veut relancer la pizzeria du coin, elle change le nom. Hop là, tu l’vois, tu l’vois, tu l’vois plus, terminé le Front National, voilà le Rassemblement National, putain, ça a dû fumer de la cervelle pendant les réunions et les brainstormings, pour arriver à un tel résultat ! Rassemblement au lieu de Front, je vois bien le communicant à catogan, le pubard à Ray-Ban wayfarer sur le bout du nez en train d’expliquer à l’extrême-Blonde combien c’est ‘achement plus impliquant, t’vois, ça interpelle quelque part au niveau du vécu, c’est moins ceci et tellement plus cela. Et donc le FN, devient le RN, comme une route nationale, je regrette qu’ils n’aient pas pensé au But National, le BN m’aurait fait pisser de rire…

Seulement, quand on recycle, faut se méfier des rogatons qu’on récupère, parfois, ils ont une drôle d’histoire. Alors, oui, le Rassemblement avait déjà été utilisé par les Le Pen père, fille et nièce – la rusée Marion Maréchal-Le Pen a déposé ce nom en 2014, pas folle la guêpe… – mais pas que. En cherchant un peu, on retrouve aussi le Rassemblement National Populaire de Déat, un proto-parti fasciste, ultra-collaborationniste qui crapota entre 1941 et 1944. Je sais bien que la pomme tombe rarement loin de l’arbre, mais là…

Rassemblement National, ou comment faire du pourri avec du moisi !

par Naqdimon Weil

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette