Filoche au poteau
Par Anthony Casanova

Anthony CASANOVA est politiquement correct

Bien que jugée «sérieuse» par la haute autorité des primaires citoyennes, la candidature de Gérard Filoche n’a finalement pas été retenue. En parallèle, le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a trouvé judicieux de racoler Macron dans les médias en lui proposant une «wild card» ce qui veut dire dans la langue de Marc Levy: un putain de passe-droit.

Filoche est un militant socialiste depuis plus de 20 ans, il a dû faire plus de meetings que tous les candidats confondus, il a des propositions qui méritent d’être débattues mais le voilà sur le banc de touche à contempler les candidatures fantoches de Jean-Luc Bennahmias, François de Rugy et Sylvia Pinel qui, à eux trois, n’arriveront pas à dépasser les 1%, non pas en raison de leur manque de notoriété mais simplement parce qu’ils ne représentent que leur propre gueule.

Recaler Filoche c’est nier le désir d’un électorat qui souhaite qu’on lui parle de lutte contre l’évasion fiscale, de protection des salariés et de l’accompagnement des PME. Filoche c’était la possibilité d’aborder et de redéfinir les bases d’une économie de gauche en mettant un peu de verve militante dans une primaire qui en manquera cruellement.

L’erreur de Cambadélis et de sa clique c’est de dénigrer ce que le patron de Fakir, François Ruffin, nomme aussi justement que maladroitement «le populisme de gauche». Après avoir perdu le vote des classes populaires, la gauche au sens large s’éloigne des aspirations des classes moyennes. Comme le PRG et le PCF avant lui, le PS s’engage gaiement dans la voie mortifère des partis d’élus qui ne brillent qu’aux élections locales pour mieux masquer leurs débâcles aux élections nationales.

Alors comment ne pas se dire que les primaires de la gauche se dirigent vers un fiasco lorsqu’un homme comme Gérard Floche est absent d’une élection où une «wild card» est offerte à un type qui n’a rien trouvé de mieux que de déclarer à côté de Philippe de Villiers qu’il n’était pas de gauche?

Aux dernières nouvelles, Gérard Filoche a déposé un recours. Le Coq des Bruyères faisant une pause jusqu’au mardi 10 janvier, j’espère que d’ici-là Cambadélis aura compris que les primaires n’auront rien de «citoyennes» si le premier des militants en est absent.

par Anthony Casanova

Anthony Casanova par Babouse

# [Les derniers articles de Anthony Casanova]

La une de Charlie