Fils de cons, parents de cons, fini les conflits de génération
Par Ze Fred , le 22 octobre 2013

La crotte-nique à Ze FRED, l’apolitique incorrect


« Quels enfants laisserons-nous à notre planète? » est le titre d’un film-documentaire  » vert ». Je la trouve marrante, cette question posée par une instit’ « alternative » de la Drôme, car nous connaissons la réponse. Nos mioches sont, en grande partie, ce que nous en faisons. Des tas de merde. Il y a toujours des mutants ultra-minoritaires, pour tenter de faire avancer le schmilblick, dans le bon sens. Mais ils sont si peu nombreux, qu’ils finissent par se résigner…On oublie souvent de dire que les fils de cons deviennent des parents de cons. Avant de savoir comment seront, plus tard, les mioches qu’on a pondus, ce serait intéressant de se foutre devant une glace, histoire de se retrouver face au con qu’on est !

Sous prétexte qu’on va chercher son panier bio au joli marché de St-Composte, qu’on roule avec un pot catalytique, qu’on va pousser son petit cri anticapitaliste sur le Larzac, on se croit investi d’une mission qui, au final, aura pour but de faire chier le plus grand nombre qui n’a rien demandé à personne et qui en bave déjà pas mal, au quotidien. Une chose est claire, dans notre civilisation blanche et fortunée : Tout d’individu parti du bat de la pyramide tend vers le plus haut sommet d’une vie de nanti. Le moteur de notre monde enchanté est fondé sur la convoitise et la compétition. Il s’agit d’avoir mieux que l’autre. Quand on est médiocre, on fait en sorte de plagier l’enculé qui va nous marcher sur la gueule, pour parvenir à ses fins. On apprend ça aux mômes, de la crèche jusqu’au diplôme de fin d’étude, afin de rassurer les débiles de parents que nous sommes. Chez nous, qui séduit le plus ? Feu Abbé Pierre ou Bernard Tapie ? Napoléon ou Gandhi ? Le regretté Jacquard ou Benjamin Castaldi ?

Tous ces apôtres de la révolution improbable, de l’indignation Nike-aux-pieds, des campagnes « solidaires » et autres alter-trucs qui ne sont que des parvenus tendance « Monde Diplomatique, » auront beau me faire la leçon et me faire culpabiliser, je ne changerai rien ! A eux de commencer à mettre leurs idées en pratique et après, on verra. Depuis la chute des communautés poétiques et kipudésesselles de l’Ardèche septentrionale, les gauchistes en slip de soie se sont bornés à lever le poing, dans l’art du « Faites ce que je dis, faites pas ce que je fais ! ». Bien qu’ils s’en défendent, ils élèvent leurs mioches bourgeoisement, les poussent à occuper les meilleures places dans la société qu’ils « combattent ».

Moi, je m’éclate en buvant de la bière industrielle, en bouffant un poulet de Bresse kapacouru à 1 euro , en polluant les chemins avec mon acadiane pourrie, en roulant avec ma 103 SP sans pot d’échappement, le dimanche à 8 heures du mat’, en pariant sur des bourrins exploités, en branchant ma gratte électrique rebelle aux pieds d’une centrale nucléaire et en accélérant pour que le chevreuil qui traverse la route, passe sous mes roues de bagnole car j’adore le gibier ! Et mes gamins de me dire lorsqu’ils observent mon savoir vivre : « Putain ! Mais tu vis vraiment comme un goret ! ». Je leur réponds, en leur larguant simplement une caisse en pleine gueule ! C’est ainsi que je conçois l’éducation.

Chers connards de toutes les luttes vertes et du crétinisme équitable, je n’accepterai que les critiques du grand chef Raoni venu d’Amazonie et de Dédé, retiré depuis 68, dans sa ferme Cévenole, qui se contente de pratiquer l’autosuffisance alimentaire et de produire lui-même son électricité. Ces deux Terriens n’ont fait chier personne et le monde serait bien plus vivant et vivable, si on avait adopté leur modèle de vie. Comme disait si bien Brassens : « Gloire à qui n’ayant pas d’idéal sacro-saint, se borne à ne pas trop emmerder ses voisins. ». Alors, je vous le dis : Vos merdeux sont tellement glands qu’ils risquent de nous offrir la fin du monde, plus tôt que prévu. Nous allons fêter le centenaire de la guerre de 14-18. Pourquoi ne pas déclencher un conflit mondial 1000 fois plus meurtrier que la grande guerre des poilus ? On y enverrait, ce coup-ci, tous les jeunes citadins qui sont au-dessus du seuil de pauvreté. Ca remettrait les pendules à l’heure et on pourrait enfin respirer. Mais, pour l’instant, je partage l’analyse des vieux créteux : « No future ! »

En vrac :
-C’est les plus nombreux qu’ont raison. Affaire Léonarda : 80% des Français soutiennent Valls. Et alors ?! En 40, 80% des Français désapprouvaient De gaulle et préféraient le maréchal…
-J’ai toujours détesté qu’on envoie la jeunesse au casse-pipe, dans quelque combat que ce soit, mais quand elle va dans la rue, de son plein gré, sans demander l’autorisation, en gueulant « La loi, on s’en fout ! », on pourrait avoir des raisons d’espérer ?
-Faire preuve d’humanité, c’est arrêter un jeune étranger scolarisé, en dehors de l’établissement scolaire. C’est ça, être de gauche…

par Ze Fred
# [Les derniers articles de Ze Fred]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette