Les forçats de l’afin
Par Naqdimon Weil

Camarade NAQDIMON

En ce début d’année, il est de bon ton, chez les bourgeois et les possédants, de souhaiter de bien bonnes choses à ses proches et ses amis. Mais qu’on ne compte pas sur moi pour tomber dans ce travers mercantile contraire aux véritables intérêts du peuple. Ah non, certainement pas! Car si je reconnais qu’il faut toujours espérer le meilleur pour qu’enfin le Capitalisme financiarisé apatride soit abattu par la main ferme du travailleur associée à la poigne inaltérable du paysan dans un grand élan de fraternité ouvrière., il est temps de rappeler que le calendrier tel que l’on nous le présente n’est qu’un outil répressif de plus entre les serres avides du Patronat haineux. Le 1er janvier n’est qu’une date parmi les autres, un choix stratégique des maîtres de ce monde pour obliger les salariés et les pauvres à dépenser leur maigre pécule difficilement arraché aux portefeuilles trop garnis d’une classe dirigeante avaricieuse dans l’achat de bûches trop grasses et de galettes trop sucrées!

Oui, je l’affirme ici, camarades, outre que ces fêtes dites de fin d’année mais totalement inspirées des honteux rites antiques de l’église catholique apostolique et romaine choquent l’âme laïque des vrais démocrates, ils ne sont que des cotillons marchands utilisés par les possédants afin de détourner les révolutionnaires de leur mission sacrée de renverser l’hydre capitaliste sur les fondements de la société marxiste de demain. Obliger de pauvres travailleurs et d’humbles paysannes de nourritures de riches, si ça ce n’est pas un complot, je ne sais pas ce que complot veut dire. Même dans les grandes surfaces à tarifs réduits, il est impossible d’échapper à l’avalanche d’huitres normandes, de foie gras du Sud-ouest, de dinde aux marrons et d’entremets glacés aux saveurs tropicales venant des laboratoires secrets du capitalisme mondial où se concoctent les maladies cardio-vasculaires et les cancers viscéraux dédiés au peuple afin d’empêcher la Révolution !

Mais plus personne n’est dupe et les gens ouvrent leur esprit à la contre-culture populaire qui rejette dans les ténèbres de l’ancien monde ces pratiques honteuses qui maintenaient le prolétaires dans les rets des filets du commerce marchand aux mains des ploutocrates transnationaux. Comme il y a cent ans, nos glorieux prédécesseurs russes surent faire choir d’un geste plein d’allant et d’un solide coup de pied sur ses bases le tsarisme assassin et dictatorial, cette année, le peuple, s’inspirant de la très haute pensée du Camarade Jean-Luc et de son infatigable énergie à vaincre les ennemis de la classe ouvrière, le peuple, donc, fera choir sur son cul la dictature bourgeoise et gastronomique !

Oui, cette année, les vrais gens cesseront de succomber aux diktats des industriels  du gras et des saupoudreurs de sucre à la poignée, aux ordres des lobbys agro-alimentaires et de Big Pharma et rejetteront le régime trop riche que l’on veut leur faire avaler à toute force. Pour lutter contre la malbouffe, forcément réactionnaire, le Révolutionnaire de 2017 mangera joyeusement son filet de tofu au court-bouillon et son quinoa à la vapeur, en riant hautement des manœuvres honteuses des « chefs » aux ordres de Wall Street !

En 2017, la Révolution sera végane ou ne sera pas !

Le Mardi 28, retrouvons-nous autour d’un apéro Graines grillées à sec et vin de noix au Théâtre Herve Vilard de Monistrol, Haute-Loire, afin d’évoquer les risques sanitaires et politiques que fait courir l’usage régulier du Coca-Cola©

par Mr Naqdimon

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie