Grosse fatigue
Par Christophe Sibille , le 20 mars 2018

Christophe SIBILLE et sa lectrice

Putain, ce qu’on peut être nul ! Enfin, moi, en tous cas, c’est sûr !
Avant-hier, j’ignorais jusqu’à son existence, à Stephen Hawking ! Un des plus grands physiciens actuels !
Et, sur ce coup-là, qui plus est, je ne fais pas preuve de la moindre cohérence dans mes convictions, vu que, comme lui, j’éprouve une passion immodérée pour les trous noirs…
Bon, d’accord, ce ne sont pas les mêmes, même si, lui comme moi, n’avions aucune affinité avec la boîte crânienne de Jean-Marie le Pen.
Mais trêve de cochonnailles, comme dirait frère Tarik.
Parlons plutôt de choses sérieuses.
Je ne sais pas, moi, de la limitation de vitesse sur les routes secondaires.
Oh, puis non, tiens.
Même si, évidemment, je suis contre. Qui peut penser sérieusement qu’on va économiser la moindre vie en s’endormant au volant en roulant à dix kilomètres heures de moins, alors que tout le monde sait pertinemment que les vraies cause de la tuerie routière sont toutes les sortes de drogue qui, par ailleurs, nettoient le cerveau de nos compatriotes de toute trace de vie cérébrale ou sociale: Haschich, alcool, smartphone, et un autoradio avec les grosses têtes et-ou les grandes gueules.
Mais ça me casse un peu les burettes de hurler avec la frange de la population la plus réac qui soit, à savoir les automobilistes.Tiens, à ce propos, puisqu’on parle de conduite intérieure, parlons peu, parlons cul ; est-ce que vous pouvez me donner la moindre statistique fiable concernant l’infléchissement généré sur l’espérance de vie par la pratique de la pipe au volant ? Non ? Je le savais !
Pas moyen de trouver une étude sérieuse, dans ce pays, sans déconner.
Enfin, si ces chiffres existent, ô mon auditrice préférée, tiens m’en au courant, que je n’aie pas l’air idiot une fois de plus en ayant affirmé une bêtise.
Oui, la pipe, ou le cunni, évidemment, ô ma lectrice ! J’ai ma carte du club des mecs féministes, moi ! Mais reçus, seulement, par le conducteur-trice du véhicule !
En effet, si c’est elle, ou lui, qui les dispense, il n’y a plus beaucoup de doute possible sur l’issue du conflit …
Bref, vous voyez ce qu vous me faites dire, encore …Mais, à propos, j’y pense, ça faisait longtemps que je ne t’avais pas parlé de laïcité.
Alors, si je te dis: «le bon sens républicain doit empêcher toute ingérence laïciste, et s’appliquer avec la même énergie que celle déployée contre le terrorisme, parce qu’ils sont les deux faces d’une même pièce.»
Mais qui sont donc ces braves gens qui se réclament du «bon sens républicain» ?
Gagné!!!
Le C.C.I.F. !!!
Un peu comme si Patrick Balkany prenait l’abbé Pierre comme avocat pour protester de son honnêteté. Ou si Aurore Bergé se mettait à citer Foucault dans le texte. Pas Jean-Pierre Foucault, ça, j’imagine que c’est à sa portée. Et quand je dis «sa portée», aucune référence à sa famille, j’aime trop les bêtes.
Non, Michel, Foucault, évidemment.Le laïcisme, l’autre face d’une pierre dont la première serait le terrorisme ? Pendant qu’en Iran, des femmes risquent leur vie en secouant leur voile à la barbe des mollahs, ces enculés de potes des frères musulmans tentent de faire adhérer à l’idée que c’est le rejet de la religion qui tue ? Avec la complicité de …
Toujours les mêmes, tiens, je ne vais pas le répéter, ça me fatigue ; des féministes voilées, des terroristes laïques, et de Yacine Benattar au conseil présidentiel des villes.
Alors, détendons-nous un peu avec les personnalités macronniennes les plus remarquables, (même s’il y a forte concurrence en ce moment, à tel point que je me demande si je ne vais pas en faire un bêtisier hebdomadaire.)
Entre Gérard Collomb, qui vante (deux fois) au micro de RFMTV l’amour de son président Emmanuel le Pen pour sa langue maternelle, (véridique, allez voir), et Laurence Haïm, ancienne porte-parole de Macron, (encore un emploi fictif), qui nous bombarde : « 14.000 chaussures devant le congrès de Washington ; un symbole des 14.000 enfants tués par armes à feu aux USA », on ne sait vraiment plus où donner du zygomatique.

Et pour terminer, une petite pensée pour Jean-Louis Trintignant, que la mort de sa fille a failli pousser au suicide, et obligé une fois de plus de s’appuyer le tintamarre organisé pour que l’assassin puisse considérer qu’il a le droit de remonter chanter l’amour de son prochain sur une scène…

A part ça, tout va bien.

par Christophe Sibille

sibille-by-rodho

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette