Guillaume Meurice (1ère partie)
Par Christophe Sibille

Christophe SIBILLE l’homme au micro

J’ai déjà eu souvent l’occasion de le dire ici, mais je refais mon coming out; oui, j’écoute France-inter. Quelquefois machinalement, pour finalement être souvent accroché par un programme, un invité particulièrement intéressant. Mais aussi, systématiquement à la fois atterré et outré par la stupidité crasse de l’intermède amusical qui vient interrompre les paroles, intermède que les programmateurs ont l’insigne culot de dénommer: «chanson».
France-inter se revendique «la chaîne de l’humour».
C’est quelquefois vrai.
Moi, j’apprécie tout particulièrement Guillaume Meurice, qui a réussi à trouver un format abouti d’interviewes de quidams, toujours collants à un lien avec l’actualité. Très collants, même, pour certains, et je vous invite à aller sur son site pour vous en convaincre.
Et, et, croyez-moi, hurler de rire de ce qui devrait nous faire pleurer de désespoir, ce n’est pas si fréquent par les temps qui courent..
J’ai croisé Guillaume ici-même, dans ces colonnes, et je suis extrêmement fier que nos lignes aient été voisines dans «Le Coq des Bruyères».
Je m’en vais vous livrer «à l’état brut» l’extrait d’une interview, réalisée il y a quelques semaines, juste avant une représentation de son spectacle; en vous jurant que seules quelques canettes de binouse et le tutoiement ont été maltraitées pendant l’enregistrement.

-Coq: «Bonjour, Guillaume Meurice; pouvez-vous vous présenter en quelques mots? Vous dites ce que vous voulez, je ne ferai pas comme vous. Aucun montage!
-Guillaume: Bonjour, Christophe Sibille. Guillaume Meurice, chroniqueur rémunéré par le contribuable, blaguiste professionnel, que tout le monde rie et aille bien, parce que c’est notre projet.
-Coq: Est-ce que petit, vous étiez déjà grand?
-Guillaume: je suis né grand! D’ailleurs, le périnée de ma mère pourrait vous en parler! J’ai toujours aimé prendre de la hauteur, et je considère, comme Laurent Wauquiez, que quand on veut, on peut, et que les petits, c’est bien fait pour leur gueule.
-Coq: N’oublions pas que Laurent Wauquiez est major de l’ENA et à l’agrégation d’histoire, donc les diplômes ne font pas tout!
-Guillaume: Oh, il a dit du mal de Laurent Wauquiez!
Vous ferez moins le malin quand il sera nommé ministre de la propagande!
-Coq: Faisiez-vous déjà rire vos petites camarades, à l’école?
-Guillaume: Oui, beaucoup!
-Coq: Racontez-moi ça, je vais prendre des notes, c’est pour un copain!
-Guillaume: Quand je leur demandais de sortir avec moi, elles riaient beaucoup!
-Coq: Mince, c’était justement ma question suivante! Quand avez-vous compris qu’elles riaient parce que vous étiez drôle, et pas pour se moquer de vous?
-Guillaume: J’ai eu le syndrome de tous les humoristes! Femme qui rit, femme à moitié dans ton lit.
-Coq: Et pour l’autre moitié, vous avez fait comment?
-Guillaume: J’ai appris quatre accords de guitare -! Je dis ça, parce que je sais que vous êtes pianiste! Et la guitare, pour pécho, c’est vachement mieux, nananère! D’ailleurs, à trente-cinq ans, ça a commencé à aller mieux!
-Coq. Bonne nouvelle, alors, finalement?
-Guillaume: j’en ai trente-six, mais bon …
-Coq.: Finalement, qu’est-ce qui marche le mieux, avec les filles? L’humour, le football, (je sais que vous êtes un ancien joueur), ou ressembler à Richard Gere?
-Guillaume: Le foot, le foot, le foot. «On veut les trois poings, on a fait un bong début de match».
C’est ça qui marche.

Et moi, je m’aperçois que l’espace m’est imparti! O ma lectrice, tu auras donc la deuxième mi-temps la semaine prochaine, à moins que l’impatience te fasse baver, et que tu ailles rechercher cette interview, (en video), sur le web.

Mais fais gaffe, il y en a plein d’autres, et elles sont vachement moins bien que la mienne!

par Christophe Sibille

sibille-by-rodho

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

La une de Charlie