Guy Bedon et Alain Delos
Par Coq des Bruyères , le 15 octobre 2013

Alors Jean-Patrick DOUILLON, maintenant qu’on a fait ça, on dit quoi ?

Ou : « De l’inutilité de changer le monde tel qu’il est pour le laisser tel qu’il sera ! »

A l’heure où la France commence la semaine du goût avec une élection qui laisse un goût amer et qui prouve que le mauvais goût a encore des relents électoraux, on apprend que des équipes de sauvetage de Lampedusa sont détournées vers le Sud de la France pour venir en aide à des habitants de Brignoles qui tentent de rejoindre les îles de Port-Cros à la nage !

Donc voilà que le Front National se retrouve avec un deuxième conseiller général. Vous me direz, ça ne fait pas beaucoup pour le premier parti de France. Parce que depuis quelque temps, il parait que le FN est le premier parti de France à cause de François Hollande. Moi je croyais que c’était Depardieu, le premier parti de France à cause de François Hollande… Mais c’était juste pour faire un jeux de mot pourri.

Le problème c’est que si aujourd’hui le FN n’est peut-être pas le premier parti de France, en 40 il aurait été le premier parti d’Allemagne. Ceci dit, en 40 on luttait contre le souhait des Allemands d’occuper la France, et depuis quelques années, à réaliser les souhaits des Allemands, tous les dirigeants Français sont occupés !

Mais bref, force est de constater que Madame Le Pen est au centre de la politique Française. Un pied sur l’UMP, l’autre sur le PS, et du coup c’est François Bayrou qui se retrouve à regarder sous sa jupe. Le pauvre ! Elle est tellement centrale Madame Le Pen que même Alain Delon s’en est aperçu. Et voilà que le Front National se retrouve avec deux représentants culturels majeurs : Roucas et Delon. Vous me direz, ça ne fait pas beaucoup pour le premier parti de France, mais moi, j’en viens à scruter avec inquiétude les prises de position de Lagaf…

Alors halte au jeunisme : Il faut faire travailler les vieux artistes. Sinon, ils se cherchent… Une occupation. Et ça ne m’étonnerait pas qu’on annonce bientôt sur les planches du Théâtre de Brignoles le retour d’Alain Delon sur scène dans : « Papi fait de la collaboration ! »

Décidément, entre ça et la révélation au grand jour de la maladie de Guy Bedos qui ne cache plus qu’il est atteint du syndrome Gille de la Tourette, il y a de quoi être inquiet sur l’identité nationale au moins dans le domaine artistique. Pauvre Guy Bedos. Il traite Morano de conne et du coup, elle l’attaque pour injure. Ce n’est pas pour la défendre mais ayant vu le passage du spectacle, elle aurait aussi pu l’attaquer pour exercice illégal de la profession d’humoriste. En plus, il est couillon Bedos : Maintenant, tout le monde sait qu’il se fait écrire ses textes par les joueurs de l’équipe de France de foot…

Après, faut le comprendre aussi. Avec Morano, difficile de faire dans la dentelle. Il l’aurait traitée de demi conne, elle était foutue de l’attaquer pour publicité mensongère. Mais quand même, la prochaine fois que Samir Nasri traitera une journaliste de Salope en faisant le salut Nazi, et qu’il dira que c’était en hommage à Guy Bedos et Alain Delon, deux grands artistes Français qu’il a toujours admiré… On aura bien l’air con de lui reprocher de ne pas chanter la Marseillaise ! ».

par Jean-Patrick Douillon

# [Les derniers articles de Coq des Bruyères]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette