Heureusement, il y a le sport
Par Thierry Rocher , le 3 avril 2018

Thierry ROCHER renvoie la censure

Bien sûr, les attentats, les grèves SNCF, les malheurs de Sarkozy, un doyen d’université qui a perdu ses facultés basiques, la dette fiscale d’un chanteur effacée, mais heureusement, chers amis, les perspectives d’événements sportifs permettent à tous ceux qui n’ont pas trouvé un idéal pour illuminer leur existence, d’aller à l’essentiel: la compétition sportive. Alors, pour les grands rendez-vous sportifs, il va falloir attendre un peu mais c’est pas grave, il y a suffisamment de grain à moudre avant le début des hostilités. La Coupe du Monde de foot en Russie qui va occuper la majorité des esprits censés mobilise déjà tous les amateurs et commentateurs. , avec les sélections de joueurs plus ou moins abouties, les blessés, ceux qu’il va falloir amputer, les matchs de préparation plus ou moins amicaux. Les enjeux économiques sont tels qu’il faut entretenir la flamme après avoir allumé le feu.

Plus près de nous, il y a Rolland-Garros où le gratin des entreprises doit se montrer dans les loges VIP même si l’intérêt pour le jeu n’est pas prioritaire pour un certain public alors que, pendant ce temps, devant leur télé, des femmes et des hommes en recherche d’emploi regarderont les champions en se disant que pour garder l’esprit de compétition dans la vie, y’a pas mieux que le sport.

L’autre moment incontournable sera le troisième de la série, mais là, c’est différent puisqu’il est synonyme de vacances, et de champions extraterrestres pour lesquels, vu les exploits surhumains alignés pendant trois semaines, il n’est pas d’identification possible.

Comme diraient les théoriciens de l’effort, le sport est une leçon de vie. Alors, apprendre ses leçons, c’est bien mais apprendre par cœur, on a tendance à perdre son jugement personnel. En parlant de jugement, le sport a ses raisons  que la raison (financière) ignore. On le voit, en ce moment, avec Platini, mis sur la touche jusqu’en 2019, qui veut être blanchi et repartir comme si rien ne s’était passé au niveau de la FIFA. L’univers des riches fait rêver le prolo, l’univers des riches sportifs fait encore plus rêver le prolo car bon nombre d’acteurs majeurs du sport sortent de ce milieu.

A part la musique et le gangstérisme, quel autre domaine que le sport peut montrer l’exemple de promotion sociale ? A titre personnel je vais regarder les événements sportifs ue j’ai évoqués. Je vais sans doute vibrer mais je pense garder suffisamment de recul pour voir, dans le geste, l’esprit du jeu, avant celui de la compétition qui génère la violence et la connerie des supporters: des supporters pourtant doués d’intelligence à la naissance, selon les experts.

Alors un mot de conclusion avec le plus sportif des philosophes chinois en activité en France, Qi Shi Tsu, qui disait: « Le sport sans la compétition, c’est comme vendre de l’eau sans pot-de-vin, ou fêter l’anniversaire de sa femme chez Mac Do. »

PS: Qi Shi Tsu qui dispense toujours une certaine idée de la philosophie avec ses deux ouvrages qui ont changé la vie de centaines, de milliers et bientôt de millions de lecteurs: « Les pensées de Qi Shi Tsu » et « Les réponses de Qi Shi Tsu » disponibles sur la page Facebook de Qi Shi Tsu.

Par Thierry Rocher

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

DCL - Déssinez créez liberté