Il est de retour !
Par Naqdimon Weil

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

Quand arrive le moment de célébrer le Sauveur, l’homme de bien ouvre son âme au monde.

Voilà les derniers jours de cette funeste année 2015 qui, outre quelques incidents mineurs concernant des caricaturistes, des israélites et des amateurs de musique de danses de jeunes, pris pour cibles par des mahométans belges, vit le maintien du dictatorial pouvoir solférinien dans la moitié des régions françaises et l’accès aux portes du pouvoir d’un parti dirigé par une femme. Il paraît normal de faire le bilan des douze mois écoulés et d’en tirer une morale efficace pour l’an suivant, afin de ne point reproduire les mêmes erreurs.

Cependant, cette année fut suffisamment douloureuse, surtout pour ceux qui vivent sous l’implacable botte fiscale du sanguinaire pouvoir socialo-écologiste, pour que je me permette de faire l’impasse de sa navrante rétrospective. Nous qui espérions la chute du sybarite de l’Élysée et du rastaquouère de Matignon, nous dûmes nous contenter de les voir se transformer en Maîtres de Cérémonies des deuils nationaux, ce qui correspond bien à leurs funestes figures, mais tout en conservant la haute main sur le gouvernail du char de l’État qui roule à un train d’enfer sur les rails de la décrépitude.

Alors que dans l’opposition, les lâches et veules Centristes, discrètement manipulés par le satrape de Bordeaux, attaquent inlassablement le seul espoir de la France, Nicolas Sarkozy, la médiasphère bruisse dès que l’on cite son nom, pour le couvrir d’opprobre, de lazzis et de rumeurs malveillantes. Et que, dans le même temps, une partie des Français se laisse séduire par la gironde blondeur et le sourire mutin de Madame Le Pen, sans penser que son sexe l’empêche de comprendre la dure réalité de la chose politique. Voilà la triste conclusion à laquelle je pourrais m’arrêter si, dans la dernière semaine, il n’était arrivé une réjouissante nouvelle, une information élégiaque, de celles qui réconcilient l’homme de bonne volonté avec son Destin.

Je parle bien évidemment du retour en politique de Bernard Tapie. Malgré ses errements socialisants du début de sa carrière, je ne peux que me réjouir  de cet heureux scoop. Voici un homme qui connaît l’entreprise comme sa poche, du rôle de créateur à celui de repreneur, de revendeur et de dépeceur et qui sait donc comment en tirer la substantifique moelle. Voilà quelqu’un qui n’a jamais hésité à mettre les mains dans le cambouis, pour le plus grand bien du plus grand nombre, allant jusqu’à offrir quelques menues monnaies à un footballeur jardinier en difficulté. Voici un être sans peur ni crainte qui connaît les palais ministériels, les bureaux de direction, les yachts de croisière et les cellules des prisons de la République. Voilà une personne qui a dirigé des entreprises, managé un ministère, prononcé des discours politiques suffisamment subtils pour qu’on crût qu’ils étaient de Gauche, animé des émissions de télévision, chanté des paroles pleines d’espoir et d’énergie, joué la comédie sur scène et à l’écran, incarné un policier récurrent , dirigé des journaux et des sites internet et même fait de la Gym Tonic !

Malgré les petits ricanements hautains des bobos donneurs de leçons de morale, pour ma part, je me réjouis au plus haut point du retour de ce justiciable qui a payé sa dette à la société, qui vient même de rembourser un trop-perçu fort inélégamment réclamé par les percepteurs solfériniens et qui sera le meilleur allié de Nicolas Sarkozy. Je vais d’ailleurs militer pour que Bernard Tapie, ce héros aux multiples facettes, soit pressenti comme Premier Ministre lors de la reconquête de 2017 !

En attendant cet heureux jour, alors que James ferme le coffre de ma vieille Jaguar avant de me conduire à Gstaad pour quelques jours de repos bien mérités, je souhaite de bonnes fêtes à tous les hommes chrétiens traditionalistes et libéraux de bonne volonté. Et que les unes et les autres se débrouillent !

Joyeux Noël  et Bonne Année !!!

(2015 n’a pas été l’année qui nous aura le plus fait fonctionner le neurone à rigolade. Ou plutôt, si. Parce que face à la « Bêtise à front de taureau » du vieux Baudelaire, nous n’avons que ça à opposer, notre rire. Alors, Joyeux Noël, Bonne Année et surtout, Bonne Déconne, les copains !)

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie