In saecula saeculorum
Par Naqdimon Weil , le 19 mai 2015

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by BabouseMais pourquoi tant de bruit pour rien ?

Ceux qui me font l’honneur de suivre mes hebdomadaires réflexions auront certainement remarqué qu’il est plutôt rare de trouver sous ma plume des satisfecit donnés à ces malheureux socialo-écologistes qui mènent gaillardement la France à la ruine. En effet depuis que le sybarite de l’Élysée a pris en ses faibles et moites mains la destinée de la Nation, il n’est pas un jour sans que les décisions imposées par le sinistre duo François Hollande/Manuel Valls ne rendent furieux l’honnête homme, qui subit la loi d’airain de Solférino. Pour être tout à fait clair, quand bien même l’ex-député de la Corrèze et ses séides décideraient de distribuer de pleines poignées d’euros aux citoyens épuisés par la pression fiscale, je serais de ceux qui feraient vérifier l’authenticité des billets ainsi offerts, par crainte d’une contrefaçon.

Tous les choix de ce gouvernement sont mauvais par nature et, quand ils ne le sont pas, ils finissent par l’être. Je ne reviendrai pas sur l’infâme union pour les invertis, qui ramène la France à la pire époque de la Grèce antique, de sinistre mémoire. De même, je vais éviter de souligner à quel point cette administration s’est donné pour mission de retirer aux mâles gaulois tous leurs attributs, au nom d’un égalitarisme sexuel qui met en péril nos traditions et notre culture. Et que dire de la politique internationale choisie par le fort peu visionnaire François Hollande ? Au lieu de courir sauver quelques vagues régimes africains, que n’a-t-il relancé une intelligente politique de reconquête de nos terres naturelles, du Maghreb à l’Oder, pour redonner à la France éternelle sa position de nation dominante de l’Europe de l’Ouest, tout en passant des accords militaires avec Vladimir Vladimirovitch Poutine, afin d’affermir notre façade Est contre les invasions tatares ? Évidemment, c’est l’inverse qui fut fait, au grand dam de la place de notre cher pays dans le concert des Nations. Et je passe sur les choix hasardeux en matière d’économie, de culture et d’écologie, car rien de ce qui vient de l’Élysée et de Matignon ne peut être bon.

Et pourtant, malgré mes préventions ci-dessus listées, il me faut bien reconnaître que la décision de Madame Najat Vallaud-Belkacem (sic) de supprimer l’enseignement du Latin dans les petites classes me paraît être un excellent choix pédagogique. En effet, en prenant en compte la nouvelle sociologie scolaire publique, où des vagues d’enfants issus de terres mahométanes tentent vainement d’apprendre les bases du Français correct, les élèves ne sont plus à même de comprendre la langue de Cicéron. Il me paraît donc tout à fait raisonnable de retirer cet apprentissage inutile du temps de travail de ces collégiens, qui auront déjà fort à faire à comprendre le montage d’un moteur turbo-injecté ou le fonctionnement d’un  chalumeau oxhydrique de plombier. Quel avantage pourra retirer un futur boucher hallal de connaître les plus belles pages de Marc Aurèle, alors qu’il n’a guère besoin que de savoir les différents quartiers de viande ? J’irai même plus loin, car je n’ai pas la moindre once de racisme en moi, il me semble également que les plus pauvres d’entre les Français, quelle que soit leur origine, n’ont aucune nécessité à connaître les déclinaisons Rosa Rosae Rosa Rosae Rosam Rosas Rosae Rosarum Rosae Rosis Rosa Rosis, quand savoir signer un contrat de travail temporaire remplit leur objectif de vie. Donc, c’est en conscience que je soutiens mordicus le choix de réserver l’idiome de Caton, tant le Jeune que l’Ancien, aux meilleurs d’entre les collégiens.

Car je suis un démocrate.

La semaine prochaine, je vous apprendrai comment obtenir de plein droit le sot-l’y-laisse lors de la découpe du poulet dominical.

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette