La démocratie progresse, poil aux fesses!
Par Thierry Rocher , le 24 mai 2016

Thierry ROCHER renvoie la censure

Un nouvelle alléchante qui nous arrive de Tunisie, en ce dimanche pluvieux: suite à la réunion du parti islamiste Ennahda, les barbus ont voté la séparation des activités politiques et religieuses. Ça sent bon la stratégie, tout ça ! La république musulmane est en route diront certains, la fin justifie les moyens diront les autres. Je suis plus que dubitatif avec ces gens qui restent peu fréquentables, dans un pays qui me touche, entre autres choses, pour le statut des femmes imposé, il y a fort longtemps, par Bourguiba, remis en cause par les religieux qui sont toujours des progressistes à l’envers. La constante pour les femmes est d’être en première ligne pour subir la loi des cons.
Heureusement, nous sommes en Europe et nous avons sous les yeux l’exemple de ce grand pays démocratique, berceau du célèbre humaniste Adolf Hitler, gardien des traditions « cheveux blonds et pas de l’oie »: l’Autriche.
A l’heure où j’écris ces lignes, le suspense est entier avec un score de 50/50 pour les deux protagonistes. Mais j’entends d’ici les fachos du F.N. bien de chez nous dire que ce sont des gens respectables avec un Norbert Hofer, propre, souriant et civilisé qui n’a pas de croix gammée sur le front. La Marine doit mouiller à voir ce qui se passe du côté de Vienne où l’on sait faire danser tout ce qui est basané.
On n’efface pas les gènes comme ça. Je n’ose pas imaginer l’érection de Philippot en ce moment. Comme je l’ai dit en d’autres circonstances: « l’avoir dans le cul fait toujours avancer! » et avec la bande frontiste de Philippot, on est servi. L’odeur de « viennoiseries » arrive jusqu’à nous et le grand soir s’étant éloigné, c’est un petit matin puant qui se pointe, que la victoire soit officialisée ou reste symbolique avec 50% de la population derrière le candidat qui fait fureur.

Par Thierry Rocher

Chez nous, une pièce qui a fait fureur sur la scène du Théâtre des Deux Anes « A boire et à manger » et qui sera jouée à la Royale Factory de Versailles, jeudi 9 juin. Qu’on se le dise !

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette