La Royal, une action française
Par Christophe Sibille , le 4 novembre 2014

Christophe SIBILLE l’homme au micro

Bon, alors, va t’y démissionner, va t’y pas démissionner ?

C’est malin, aussi !! Pour barrer la route aux casseurs du black block qui refusent de se barrer et qui balancent des boulons et des bouteilles d’acide sur nos sympathiques et pacifiques amis cognes, n’aurait-il pas été bienvenu de transmuter dès le début le barrage de Sivens en barrage de police ?

On aurait fait d’une paire deux couilles.

Ah, oui, pardon. Le démissionnaire putatif, c’est Bernard Cazeneuve.

Bon, moi, en l’occufraîche, (oui, l’occurrence, ça va un moment), j’aurais tendance à dire : « Bernard, reste ». En effet, c’est Eva Joly, qui demande sa démission. Et Eva Joly, c’est un peu comme Pascale Clark. Vous vous souvenez ?

Deux créatures tellement sympathiques et avenantes qu’elles génèrent de manière quasi-Pavlovienne une irrésistible envie d’embrasser amoureusement la cause qu’elles pourfendent. Et de conchier celles qu’elles défendent. (Même si je ne suis pas absolument certain qu’Eva Joly puisse elle aussi pousser le vice jusqu’à pouvoir écouter Benjamin Biolay sans vomir.)

Pour tout te dire, tu connais, ô ma lectrice, l’affection toute partie culière que je porte à l’Eastern Poissarde, Nadine Morano ? Hé ben, après son interview par Pascale Clark sur France-Inter, il y a quelque temps, je l’aurais presque prise dans mes bras pour la consoler. Et, tu me croiras si tu veux, c’est une drôle de sensation !

Amie féministe, (oui, j’en ai), désolé. Je sais pertinemment qu’il y a autant de connards que de connasses. Mais, là, j’en rajoute une touffe :

« Il y a eu une erreur d’appréciation dans la décision de construire le barrage de Sivens. »

Oui, une « erreur d’appréciation. » Vous avez bien vu. Si vous avez regardé – entendu – lu I-télé – RTL – « le Monde ».

Ce forfait écologique que vomissent tous les habitants un peu honnêtes de la zone concernée, à savoir la noyade organisée d’un bon paquet d’espèces protégées, accompagnée du torpillage des circuits courts que les autorités politiques faisaient elles-mêmes semblant de promouvoir, tout ça pour rendre encore plus luisant de couperose les visages de quelques notables ressemblant déjà jeunes à Depardieu vieux, « on » appelle ça une « erreur d’appréciation ».

Pffffffffff !! Mais je m’énerve, je m’énerve, et je n’avais pas vu que « on », c’était l’inénarrable Ségolène Royal !

Ségolène Royal ! L’écologiste qui voulait rendre les autoroutes gratuites le week-end. Pour faire profiter du bon air de la campagne le maximum de 4/4 turbo diesel.

Ségolène Royal, qui, dans la foulée, « tweete » : « si c’était ma région, il y a longtemps que j’aurais mis tout le monde autour de la table ». Ben tiens, tout le monde connaît le goût absolu de la vipère du Poitou pour le dialogue dans lequel tout le monde ferme sa gueule pendant qu’elle l’ouvre.

Et la préparatrice de terrain de Valérie Trierweiler d’ajouter : « Le moment est venu de donner une suite au rapport que j’ai commandité ». On s’en branle, de son rapport. Même si on imagine sans grand-peine qu’elle n’a pas dû en avoir lourd depuis deux décennies.

Le seul mot clé de cette déclaration, c’est le plus court. « J’. »

Salope.

On ne peut décidément plus croire en rien. Ni personne. C’est désespérant.

Tenez, cerise sur le bateau, les concurrents du « Vendée Globe » ne peuvent même plus prendre le départ de la course sans qu’il y ait du vent !

par Christophe Sibille

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette