La trisomique et la connasse
Par Anthony Casanova , le 13 octobre 2015

Anthony CASANOVA est politiquement correct

Anthony Casanova par Babouse
Il ne se passe plus une semaine sans que le dessin en couverture de Charlie ne provoque l’indignation, et que la polémique ne fasse surgir la horde des offusqués hebdomadaires. Un enfant dans le sable, une ancienne présentatrice de TF1, et aujourd’hui une femme politique comparée à la fille mongolienne du Général de Gaulle… nous n’en pouvons plus d’être choqués. J’emploie le terme de « mongolien » à bon escient car au temps du Général, on ne disait pas « trisomique » mais « mongolien ».

Apparemment, les plus fins docteurs de l’époque associés aux plus pointilleux ethnologues trouvaient que les personnes ayant un chromosome surnuméraire avaient un air de famille avec Gengis Khan. L’appellation « mongol » fut abandonnée dans les années 70 car les scientifiques trouvèrent insultant que le Mongol d’Indication Géographique Protégée soit associé à une maladie génétique. Précisons que ce changement de nom ne fut pas dû aux « associations des familles de trisomiques de race blanche » meurtries que l’on comparât leur chérubin à des étrangers mais aux antiracistes pensant qu’il fut inacceptable que l’on compare des déficients mentaux à un peuple.

Alors je comprends bien que passer des descendants du plus grand de tous les Khan à Nadine Morano puisse paraître insultant, mais, tout de même, de là à en faire une montagne c’est, somme toute, assez exagéré. Si, jusqu’à preuve du contraire, aucun trisomique ne s’est senti personnellement blessé, je trouve que Riss a plutôt œuvré pour l’acceptation des personnes atteintes de trisomie 21 en imaginant qu’un jour elles puissent être, comme Madame Morano, Ministre de la République. A-t-on vu une association de famille de connasse se sentir blessée lorsque Guy Bedos suggéra que Nadine Morano en fut une fameuse ?

Que Nadine Morano trouve injuste que l’on justifie sa faiblesse intellectuelle par un problème chromosomique, pourquoi pas. Mais que les personnes ayant ou non à charge des trisomiques soient blessées : c’est du grand foutage de gueule. Alors, chères familles, je vous en prie : un peu de retenue ! Ce n’est pas parce que vous avez un attardé mental à la maison qu’il faut vous sentir obligé de réagir comme des débiles.

Les réactions courroucées qui suivent les dessins parus dans Charlie ne sont pas de l’ordre du « peut-on rire de tout? » Mais en revanche, elles mettent en avant l’inculture couplée du premier degré de certains lecteurs. Ces lecteurs qui sont persuadés que le rire ou l’humour c’est de la « moquerie ». Chez Charlie, comme dans toutes les parutions satiriques en général, le rire ne moque pas : il dénonce. C’est un rire intellectuel, un rire politique. On n’est pas du tout dans l’univers comique d’un bêtisier de fin d’année où le rire est provoqué par un mec qui se casse la gueule mais plutôt dans la critique du mec qui s’esclaffe de tous ses zygomatiques au lieu de venir en aide à un homme venant de se rompre les os sur le bitume.

Morano s’érige en héritière de Charles de Gaulle en vantant l’ineffable race blanche de nos ancêtres les Gaulois ? Riss la croque donc comme sa fille attardée mentale. N’en déplaise à qui ça déplaît, les handicapés font partie de notre société, et ne parler d’eux uniquement dans le cadre caritatif, les prive de la dignité d’être considérés comme des êtres humains à part entière.

Il n’y a pas plus de honte à être trisomique qu’il y en a à reconnaître que c’est un handicap. Le reste n’est qu’une affaire de faux culs qui s’indignent en faisant des malades et des handicapés des « intouchables ».

par Anthony Casanova

PS : Le « Coq des Bruyères » est, pour des raisons qui nous concernent et nous regardent, un hebdomadaire satirique gratuit et sans pub. Nous n’avons jamais demandé de dons, et nous ne le ferons jamais. Cependant, effet « boule de neige », certains lecteurs nous ont demandé s’ils pouvaient nous aider financièrement… c’est très gentil à vous, mais si vous voulez soutenir la presse satirique : faites un don ou abonnez-vous à Charlie. Merci pour eux.

# [Les derniers articles de Anthony Casanova]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette