L’art est la manière
Par Naqdimon Weil

Camarade NAQDIMON

Comme toujours, quand le peuple s’empare de ses tendres mains calleuses de la culture et de l’art que se réserve la bourgeoisie pour son usage propre, tous les flics réactionnaires de l’esprit et tous les mercantis des scènes théâtrales hautaines viennent les lui arracher pour tenter de le priver de cette élévation de l’âme. Oui, le riche déteste quand le pauvre s’approprie la beauté, la retirant du marché financiarisé par les tenants de la finance mondialisée et lui retirant sa valeur monétaire pour n’en conserver que la portée morale qui mène à l’éveil et l’édification des masses par la découverte des cimes de la création, lui permettant de comprendre la nécessité de la Révolution par application de la rupture des codes précédents. Car l’Art est révolutionnaire ou alors il n’est pas. Bien sûr, il faut se méfier de l’art décadent capitaliste qui se contente d’approcher la réalité prolétaire au travers des verres déformants de la pensée réactionnaire et oublieux de la force intrinsèque de la beauté de la création issue du peuple. Les soi-disant avant-gardistes ne sont souvent que de malhabiles rapins stipendiés par les galeries et les salles de vente afin de répondre à la demande d’œuvres incompréhensibles pour ceux qui ne bénéficient pas de l’éducation à la laideur convenue que connaissent tous les enfants de la bourgeoisie possédante. Car seul l’art compréhensible par le peuple est digne d’intérêt pour le peuple !

S’il est un art compréhensible par tous et bien digne du génie populaire français, c’est celui de la blague et de la gaudriole. Oui, je le dis très fermement et contrairement à ce que pensent ces curés de gauche de Télérama, une bonne blague bien sentie vaut largement un spectacle d’Olivier Py ou un opéra de Wagner ! Il est temps de redonner à la plaisanterie populaire ses lettres de noblesse et de la sortir du ghetto où les pseudo-intellectuels sociaux-traîtres et de Droite veulent la maintenir, par haine de l’expression ironique de la classe ouvrière. Car la blague et la plaisanterie sont des armes de destruction massive ciblant les possédants et les accapareurs, c’est la première lame de la faux du peuple en marche vers sa libération intellectuelle et physique, n’en déplaise à tous les censeurs de l’humour et de la joie! Certes, il ne faut pas non plus se laisser emporter par cette vague drolatique quand elle s’en prend à des symboles impérieux ou à des personnalités inattaquables, je trouverai du dernier déplacé de rire de l’islam, religion des damnés de la Terre, ou de la personnalité du camarade Mélenchon, notre espoir à tous. Mais sinon, rien n’est sacré ni inattaquable.

Voilà pourquoi je m’insurge contre les procès iniques fait au jeune Mehdi Meklat et à l’ingénieux Olivier Sauton. Sous le prétexte que ces jeunes gens plein de finesse ont fait quelques blagues bon enfant via le réseau Twitter sur quelques populations, dont une certaine élite mondialisée et colonialiste, on leur fait de sombres reproches. On attaque leurs œuvres humanistes et populaires sous le couvert de quelques amusantes formules sur le complot sioniste mondial, ce qui pourtant ne peut choquer personne. Certes, ils titillent aussi un peu les décadents homosexuels, ce qui est un peu gaillard mais finalement très drôle quand on y pense bien. Il faut vraiment avoir une vision réactionnaire et viscéralement anti-jeune pour ne pas comprendre la finesse de leurs propos et l’élévation de leur pensée, dans leurs messages écrits en 140 signes dans le plus bel esprit gaulois et les attaquer ainsi sans relâche! Heureusement pour eux, le peuple n’est pas dupe et saura séparer le bon grain humoristique de l’ivraie sioniste !

Jeudi 28, venez participer au barbecue sandiniste autour de saucisses bio et de côtelettes véganes pour discuter de l’avenir de la culture du chanvre indien en Lozère à La Fage-Saint-Julien, arrondissement de Mende.

par Mr Naqdimon

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie