Le bonheur en politique
Par Thierry Rocher

Thierry ROCHER renvoie la censure

En cette campagne électorale que je scrute avec mon œil d’expert, car comme dirait Jean-Marie Le Pen: « il faut garder un oeil sur tout! », je suis frappé par l’absence du mot bonheur dans les discours des candidats. Les hommes politiques sont là pour rendre les gens heureux, ils veulent le bonheur du peuple, alors parlons-en. Ça pose une question: comme la grippe ou la gastro, le bonheur serait-il contagieux? Parce qu’entre nous, public cultivé et amateur de questions métaphysiques que vous êtes, un homme politique peut-il rendre les gens heureux s’il n’est pas heureux lui-même?
Si Fillon a encore autant de fidèles, c’est qu’il transmet sa bonne humeur et sa joie de vivre. Et si Macron qui vient de découvrir le monde agricole qu’il connaissait jusque-là grâce à des reportages sur Arte a compris  que « L’amour est dans le pré », il dit aussi avec ses amis banquiers que le bonheur est dans le prêt. Petite parenthèse et message aux pauvres qui nous regardent: «L’argent ne fait pas le bonheur». Beaucoup d’exilés fiscaux le savent car surveiller son magot  est un boulot à plein temps (n’est-ce pas Jérôme!) alors que ça laisse du temps libre à ceux qui n’ont rien …comme moi !

D’ailleurs, pour le peuple, un homme politique qui a du fric est fiable, puisqu’il aura moins envie de se servir dans la caisse car il est heureux de ce qu’il a. Regardez Trump, le président par intérim, tout jeune, il a eu à choisir entre, avoir des idées et avoir de l’argent. Il a fait le bon choix et ses partisans sont heureux.
Montrer qu’on est heureux, avec le sourire. Ah le sourire, c’est capital pour l’électeur même s’il sait qu’à l’arrivée, il va se faire mettre. Eh oui, avant de se faire baiser, un sourire. C’est important! Enfin moi, j’ai toujours fait comme ça.
Tiens, Mélenchon, s’il était heureux, est-ce qu’il se dédoublerait avec un hologramme alors qu’habituellement, on ne s’en sert que pour les disparus? Ne va-t-il pas trop vite en besogne ? Mais bon, il a envie que les gens soient heureux, même les journalistes, enfin surtout les journalistes qui lui posent les bonnes questions.
Benoit Hamon, lui, apporte vraiment du bonheur et du rêve. Avec le revenu universel. Il fait rêver tout le monde, les milliardaires en particulier, tellement habitués que les socialistes leur piquent du fric qu’ils sont heureux de voir qu’il y en a un qui veut leur en donner, sans conditions.
Alors quand on parle de faire rêver, vous pensez bien sur à François Bayrou, celui qui démarre au quart de tour et qui continue à se tâter. Mais bon, il peut continuer à se tâter, ça va pas le rendre sourd, vu la taille de ses oreilles !
Le bonheur en politique, c’est aussi la porte ouverte sur l’amour et l’humour bien sûr. Il y en qui ont de l’humour. Tiens, Marine Le Pen, avec son slogan: « Au nom du peuple », c’est pas de l’humour ça ? Même si certains disent à son sujet: une bonne aryenne prête à tout, sauf à rire!
Mais apporter du bonheur n’a pas toujours besoin de mots. Regardez Dupont-Aignan, sa seule présence prouve à l’électeur de base que n’importe qui, sans compétence particulière, peut être candidat à la Présidentielle. Quel bonheur pour tous ceux qui sont en échec scolaire!
Mais qui, mieux que Philippe Poutou incarne le mieux cet élan désintéressé à partager des moments de bonheur avec les petits, les obscurs, alors qu’au fond de lui-même, comme quelques-uns  d’entre vous, il n’est pas complètement convaincu de devenir Président de la République.

Chers amis, comme pour beaucoup, le bonheur, c’est la réussite, je terminerai avec cette question profonde du célèbre philosophe chinois Qi Shi Tsu: «Pour réussir, faut-il être persuadé que les autres sont des cons ou juste penser que l’on est supérieur à eux?»

PS: Je me permets de signaler que le livre «Les pensées de Qi Shi Tsu» (15 €) est disponible et que vous pourrez l’obtenir en allant sur la page Facebook Qi Shi Tsu.

Par Thierry Rocher

Rocher by Peji

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

La une de Charlie