Le bonheur est sur les planches (part.6)
Par Patrick Font

FONT a de la mémoire

Parlons d’autre chose: mes parents comptaient parmi leurs amis un pilote de ligne, Michel, que j’aimais beaucoup pour son humour et son goût de la farce. Il s’amusait à gratter des pétards et à les jeter sous les jupes des ménagères quand il faisait ses courses à l’épicerie, ou quand il prenait la file d’attente au cinéma. Tu parles si ça me faisait marrer !…Voir la tête de la dame, victime de l’explosion du pétard, puis, entendre ses protestations à l’endroit de Michel qui excellait dans l’art de faire l’innocent.

Bon. En plus d’être pilote, il participait activement à la bonne marche d’une colonie de vacances située près d’Arcachon. Les gosses, dont les parents travaillaient aux tuileries de Roumazières (Charentes) étaient accueillis gratuitement, vu que les parents étaient trop démunis pour passer un séjour dans un camping de plage. Michel envoyait des chèques à l’abbé qui dirigeait la colo, et n’était pas le seul à faire le geste. Ainsi, deux cents mômes, garçons en juillet et filles en août, venaient jouir des plaisirs de l’eau, des promenades sous les pins des Landes, et des soirées de divertissement que leur offraient les moniteurs.

-Ça te dirait ?

Dit ma mère. Tu pourrais passer les deux mois là-bas, ce n’est pas payé, mais…-

-Ouais ! C’est d’accord à cent pour cent.

Deux mois à la mer, quand on habite au Bourget, tu penses…

-Là-bas tu vas faire une cure de nichons, précise Michel. Et de toutes les tailles. Aussi, attendais-je en trépignant de l’intérieur le départ en train vers le paradis du sud-ouest. Et ce moment arriva, par un beau soir en gare de Lyon bondée de mômes portant sac au dos, et peuplant les quais sous l’oeil vigilant des moniteurs et monitrices, dont certaines rayonnaient de beauté. Ça me rappelait celle qui s’occupent de nous lorsque j’avais sept ans, en montagne, et qui un jour se pencha sur moi pour me dire:

-Toi, je t’aime !

Avec deux gros bisous en prime. On ne peut pas oublier ça.

Combien d’amourettes futures vont monter ce soir dans les trains, nul ne saurait le dire, mais ce qu’on peut prévoir, c’est le vol de Cupidon de coeur en coeur, avec tous les sourires et les chagrins qui l’accompagnent.

SPECTACLES EN PRÉPARATION : « LE RETOUR DE JEANNE », avec Bruno Daraquy, Evelyne Gallet, P. Font.

CHANSONS ET TEXTES les 26 et 27 septembre à Lyon, salle de l’AGENT D’ART.

6 novembre à St Étienne avec Calamity.

Prochain album
Voici en avant-première la première chanson du 7 titres « L’épouvantail et l’hirondelle » de Patrick Font qui sortira prochainement !

à très vite pour en savoir plus

par Patrick Font
# [Les derniers articles de Patrick Font]

La une de Charlie