Le Père Noël a une mort dure

par | 15 Déc 2020

Grâce au quotidien La Montagne daté du 9 décembre dernier, on apprend que Grégory Maynard, jeune Clermontois, en est réduit à être croque-mort le jour… et Père Noël pendant les fêtes.

Une occasion de se pencher sur le bien triste sort désormais réservé à ce barbu plus célèbre que le Père Fourras, plus hot que Landru, et à qui les enfants ne font plus de cadeaux.

C’est que le métier est devenu difficile.

Pensez donc, on se méfie des barbus aujourd’hui. Il se fait contrôler 10 fois par jour par les flics qui veulent savoir ce qu’il y a dans sa hotte, et encore, sans compter l’enfer quand il revient de tournée à Molenbeek.

Même le rapport avec les parents est devenu compliqué. Faire sauter un gamin sur ses genoux, c’est l’assurance d’une plainte et de finir en correctionnelle pour détournement de mineurs. Rien de tel pour se retrouver entre Fourniret et Barbarin sur la liste des personnes préférées des français, et précipiter sa fin avec le hashtag #balance ton porc noël.

Et puis allez débarquer de nuit dans un pavillon à Limoges, entre l’alarme Verisur qui se met à hurler et Papy Gâchette qui dort avec sa carabine à côté du lit…

Et ce n’est pas le pire !

Il rencontre désormais des problèmes avec certaines féministes. Il paraît que son activité est «genrée». Qu’il serait un odieux machiste patriarcal et que la mère noël, on ne la voit pas beaucoup. Alors que ce pauvre bougre se démène aux quatre coins de la planète pour qu’elle n’ait pas la charge mentale de livrer tous ces cadeaux.

Certains écolos ne lui facilitent pas non plus la tâche. Comme le maire de Bordeaux, qui a interdit les sapins de Noël, le réduisant au chômage technique. Et de lui chercher des noises sur son bilan carbone, et l’exploitation animale des rennes, et son manteau en vraie fourrure…

Sans compter qu’il est dans le viseur de l’Inspection du travail : « Et vos lutins, est-ce qu’ils sont bien déclarés? Comment ça, vous ne faites pas les 35h en Laponie? Et la journée fériée du 25 décembre, elle est bien payée double?»

Niveau popularité, on peut dire qu’il est passé de Santa Klaus à Klaus Barbie.

Aujourd’hui, la concurrence est rude. Et il n’y a plus de respect. Les livreurs d’Amazon le bousculent dans les escaliers pour passer devant lui en lui disant: «dégage, boomer!»

Et dire que comme un bleu, il a livré plein de drones l’année dernière, vu que c’était le cadeau le plus demandé. Et qui se sert des drones maintenant pour livrer des cadeaux? Amazon! Ce qui s’appelle se faire Bezos dans les grandes largeurs.

Dans ces conditions, comment continuer à pouvoir croire en lui-même?

Par Myriam

Par Myriam

Passionnée de nature et de vie sauvage, Myriam a rejoint l'équipe de rédaction en pensant intégrer une revue prestigieuse sur les gallinacées en voie d'extinction. Réalisant son erreur, elle a quand même souhaité rester avec ces drôles d'oiseaux. Même quand elle n'a rien à dire, elle le dit quand même, avec un aplomb qui n'a d'égal que celui dans l'aile du Parti Socialiste. Caution féminine des plumes du Coq, elle n'hésite pas à abuser de ce privilège, et arrêtera de le faire quand les poules n'auront plus la dent dure.
D'autres Chroniques

Les lauriers de Brassens

Au temps de la «cancel culture» et des joies anachroniques qui embarrassent le monde politique et culturel, c'est avec le sourire narquois de celui qui ne s'en soucie guère que j'écoutais ou lisais...

Les nouveaux «prophesseurs»

L'université, ce temple du savoir, cette grande agora où les esprits les plus brillants s'expriment, se défient, s'affrontent et communient entre eux. Oui, entre eux. C'est-à-dire entre élèves....

Deux pour le prix d’une!

Des fois, y a trop à dire. Alors, comme le bon paysan, il faut opérer des coupes claires et réduire sa production. Donc, pour une fois, je vais faire court. Mais deux fois. Sur deux sujets...