Les islamistes sont-ils de braves garçons?

par | 6 Oct 2020

Eh bien, au risque de surprendre quelques lecteurs, je dirais que, finalement, oui! Pourquoi? C’est très simple et je vais vous expliquer. Tout d’abord, je voudrais souligner que les terroristes islamistes sont fortement décriés, comme l’auront remarqué les plus informés d’entre vous. J’entendais, l’autre jour, une critique acerbe au sujet de l’équipe d’animateurs de lycées de jeunes filles au Nigéria, les Boko Haram. J’ai entendu qu’on disait des Boko Haram qu’ils étaient plusieurs alors que, vu la taille de leurs cerveaux, un seul bocal aurait suffit. Pas sympa. Ou cette méchanceté sur Daech, les spécialistes de la décapitation sans anesthésie, qu’on ne pouvait pas dire que c’était des animaux parce que ce serait une insulte pour les animaux. Encore des horreurs au sujet des shebabs qui sont salariés en CDI en Somalie, les shebabs seraient la réunion de deux groupes, les Shéba, aliments pour chats, et les kébabs, aliments pour chiottes. C’est méchant. Méchant pour les chats!

On leur reproche aussi de recruter les jeunes Français pour aller en Syrie. Mais c’est injuste. Les jeunes, à force de leur dire qu’il y a beaucoup de chiites là-bas, ils se précipitent. C’est normal. Le gouvernement a adressé un message aux jeunes qui passent leur vie sur internet, pour leur dire de rester sur les sites de cul au lieu d’aller sur des sites islamistes et que, quitte à voir tirer des coups, autant que ce soit dans la bonne cible. En étant objectif, il convient de voir les qualités nombreuses et les quelques défauts, malgré tout, des terroristes islamistes.

Au passif, il faut reconnaître qu’il y a un problème d’image. Le look n’est pas porteur. La coupe du costume, le choix des tissus et la gamme des coloris, tout ça est un peu strict, et pas assez glamour pour certains. On leur reproche aussi parfois une certaine fermeture d’esprit. Par exemple, on dit que les islamistes n’aiment pas les pédés. C’est pas vrai. J’ai vu plein d’islamisés dormir sous les tentes.

Mais ce sont des ragots, car les qualités de l’islamiste sautent aux yeux. Il est volontaire, il tranche rapidement. Il est facile à vivre, il est joyeux car il s’éclate facilement. Il est économe, surtout pour les dépenses de rasoir, mousse à raser et après-rasage. Également économe avec ses femmes, ses femmes qu’il préfère voilées pour éviter les frais d’épilation. Le voile protège surtout leurs femmes des cochons qu’elles peuvent croiser. Tous ces cochons qui sommeillent.

Autre qualité: la sobriété. L’islamiste est sobre. On le voit, à l’occasion des victoires de son club de foot favori qui sont fêtées principalement au Champomy ou au Cacolac. Et que dire de son amour des enfants quand on le voit jouer au docteur avec les petites filles de dix ans. Amour des enfants et amour des femmes à qui, par exemple, il épargne le stress de conduire une bagnole. A ce sujet, petite parenthèse, on nous parle souvent du progrès pour les femmes dans les pays arabes. C’est vrai. Par exemples en Arabie Saoudite, les femmes conduisent; en France, elles continuent à apprendre. D’ailleurs, au sujet des femmes, il aime respecter la tradition, en particulier une tradition qui a tendance à se perdre, la lapidation. Car la question se pose: si l’islamiste ne lapide plus les femmes, qui le fera?

Ce qui est également fascinant chez l’islamiste, c’est le sentiment artistique qui l’habite, et l’habite bien profond, d’où la question qu’il se pose pour savoir s’il doit détruire ou non une oeuvre artistique: c’est de l’art ou du cochon?

Beaucoup de mécréants se posent la question: est-ce qu’un islamiste le devient par amour de la religion, mais bon, c’est comme se demander si un proctologue le devient par amour du cul?

Sans vouloir répondre, je terminerai avec une citation du célèbre philosophe chinois Qi Shi Tsu: «Le problème avec les têtes de noeud, c’est qu’on ne sait pas par quel bout les prendre».

PS: toujours un peu de lecture, avec le nouveau livre L’Expert et Qi Shi Tsu, Editions du Net, sans oublier les deux titres toujours disponibles: Les pensées de Qi Shi Tsu et Les réponses de Qi Shi Tsu

Par Thierry Rocher

Par Thierry Rocher

Thierry Rocher est un auteur, comédien, humoriste qui fait où on lui dit de ne pas faire. Vous pouvez le retrouver dans la Revue de presse des Deux Ânes sur Paris Première
D'autres Chroniques

Dessine-moi Mahomet

Cette chronique je l'ai déjà écrite. Pas une fois, pas dix fois peut-être cinquante fois. Elle parle d'assassinat, de terrorisme. Elle parle de croire ou de ne pas croire. Elle vante un peu la...

Les Viviant et les Morts

L’assassinat effroyable d’un professeur d’histoire, énième victime d’une guerre qui ne dit pas son nom et que nous ont déclarée les fanatiques islamistes, nous a de nouveau plongé dans la stupeur,...

Encore plus jamais

«Toujours et jamais, c'est aussi long l'un que l'autre» Elsa Triolet Et ça recommence, encore et encore, comme le chantait Cabrel. Un assassin islamiste massacre un prof d'histoire pour une...