Les lettres perçantes

par | 3 Nov 2020

Cher Manifestant du monde arabo-musulman,

Depuis que je te vois brûler le drapeau français et piétiner avec ardeur le portrait de Jupiter-Esculape Macron, mais sans porter un gilet jaune, tout ça parce qu’il a dit que nous, Français de France, nous continuerions à autoriser les pensées et les dessins blasphématoires, je suis rassuré sur ton état de santé.

En effet, Cher Manifestant du monde arabo-musulman, tu fais montre sur les images dont les télévisions nous abreuvent d’une belle énergie dont devraient s’inspirer les plus apathiques. Tu pousses des cris de stentor, tu agites ton doigt levé, tu rugis de rage et tu implores tes congénères de boycotter ce pays sans Dieu et sans moral qu’est la France. Et tu fais bien, car c’est important de faire du sport, ça entretient la forme et ça évite le surpoids. Je le reconnais, je m’interroge sur la distanciation thérapeutique rapport au Covid, mais bon, Allah étant grand, je suis bien certain qu’il y pourvoira. Ou pas. Ne dit-on pas que les voix du Seigneur sont impénétrables? Ah non, désolé, ça, c’est chez les concurrents de l’Église catholique apostolique et romaine, faudrait pas que je me goure de boutique.

Donc, Cher Manifestant du monde arabo-musulman, je suis rassuré sur ton état de santé. Car je m’inquiétais pour toi, vu que quand les Ouigours se font proprement éradiquer par le gouvernement chinois ou que les Rohingyas se font salement massacrer par la junte birmane, t’as le bonjour d’Aung-San Su Ki, ben, je te trouve un peu silencieux, limite discret et souffreteux. Mais, heureusement, quand le président, pas à vie, d’une démocratie libérale soutient que son pays restera justement une démocratie justement libérale et qu’il ne remettra pas au goût du jour le délit de blasphème, t’as le bon souvenir du Chevalier de la Barre, là, ta juste fureur se réveille et tu te sens obligé d’exprimer ton courroux, coucou, t’as la bise de Desproges. Et je t’encourage à poursuivre cette saine occupation, au moins pendant ce temps-là, tu n’es pas en train de faire des conneries.

Enfin, de faire des conneries plus tragiques, comme assassiner des gens dans une église au nom de ton Dieu.

Salutations abattues.


Cher Spécialiste de la foi musulmane,

En t’écoutant exprimer tes vues sur l’importance de la foi dans la vie du Musulman moyen, j’ai le neurone à relativisme qui se met à faire le 400 mètres haies dans mon ciboulot.

Si je comprends bien ton explication, Cher Spécialiste de la foi musulmane, contrairement au reste de l’humanité, Le Musulman, espèce rare et unique, est incapable de penser le Monde –non, pas le journal– autrement que par le prisme de sa foi. Le Musulman est par nature inapte à prendre du recul et à remettre en question les données de la religion, car ça lui est contraire. Et c’est donc à nous, peuples sans dieux, de nous adapter à cette incapacité à percevoir autrui comme différent, mais pas comme ennemi. Et donc d’éviter de heurter sa croyance, sinon, Le Musulman est tout fâché.

Tiens, je me demande, Cher Spécialiste de la foi musulmane. Si, par exemple, des gens, un peu comme moi, étaient viscéralement attachés aux principes universalistes, refusaient les distinctions entre femme et homme, rejetaient fermement les discriminations envers les LGBTQ, étaient écœurés par la mise à mort des homosexuels, est-ce que Le Musulman serait à même d’accepter que l’on considère son livre sacré comme responsable des manquements à ces principes et que les gens en question se mettent à piétiner le dit-ouvrage?

C’est juste pour savoir, hein, je ne voudrais pas heurter la sensibilité religieuse du Musulman.

Salutations navrées.


Cher Recep Tayyip Erdogan,

Merci d’aller bien te faire foutre.

Salutations françaises.

Par Naqdimon Weil

Par Naqdimon Weil

Naqdimon Weil est rédacteur. Il est aussi chroniqueur. Il est surtout social-démocrate universaliste, laïcard et sioniste. Il est gravement quinquagénaire et profondément provincial. Et, évidemment, il est dans le Coq.
D'autres Chroniques

L’homme de gauche et le gauchiste

Alors que l'actualité faisait le ping pong entre le coronavirus et les élections américaines, nous pensions qu'hormis un nouvel attentat rien ne pouvait bouleverser ce duel informatif. C'était sans...

Hibernatousse

J’étais déjà un peu déçue du couvre-feu, mais ce semi-confinement ne me satisfait pas vraiment non plus. Un goût d’inachevé, comme ces travaux d’aménagement intérieur, initiés en mars dernier. Au...

Haut les mains, peau de lapin

Tiens, moi qui vous cause hebdomadairement, des conneries, il m'est arrivé d'en dire ou d'en écrire plus souvent qu'à mon tour. Et aussi d'en lire et d'en voir. Des belles, des costaudes, des...