Les nouveaux collabos
Par Christophe Sibille , le 22 mai 2018

Christophe SIBILLE et sa lectrice

«L’Unef condamne le harcèlement contre l’une de ses responsables apparue voilée.» Ça, c’est la version BFMTV.

Amie lectrice, si tu vas voir la photo de la donzelle, (vu qu’elle est apparue sur à peu près tous les écrans avec son nom en bandeau, je ne trahis rien), tu t’apercevras que ce que le journaliste appelle: «voile» est un harnachement qui est l’étape qui précède directement le déguisement en boîte aux lettres. Un Hijab, en bon uniforme. Mais continuons avec BeuMeuFeuTeuVeu :

«L’intervention télévisée d’une représentante de l’Unef voilée a déclenché une polémique parmi des défenseurs de la laïcité comme le Printemps républicain. Au nom de cette même laïcité, le syndicat a pris la défense de sa militante. Mais d’anciens membres fondateurs de l’organisation, comme Julien Dray, ont exprimé leurs réserves.»

Laurent Bouvet, qui dirige avec courage et talent l’organisation, polémiste d’après notre média, avait juste rédigé un tweet mentionnant ironiquement, au-dessus de l’image de la presque boîte à courrier, «À l’UNEF, la convergence des luttes est bien entamée. C’est la présidente du syndicat à l’Université Paris-Sorbonne qui le dit.» Effectivement, le déguisement porté par Maryam Pougetoux, notre militante anti-sélection, lutte de manière aussi neutre religieusement que sœur Emmanuelle est une prosélyte de la «gorge profonde».

Même si nul n’est maître de ce que chacun fait dans son confessionnal, mais ça, ça ne regarde que ceux qui y baisent des majeurs. Quant à Julien Dray, qui aurait, comme le dit notre lucarne d’enregistrement de la macronie, «exprimé des réserves», il a dit, en fait: «En tant que membre fondateur de l’UNEF, je l’affirme, la direction du syndicat qui accepte cette jeune dame comme dirigeante souille tout notre combat mené dans les universités… bien des membres de l’UNEF doivent être effarés…» Des réserves… A ce niveau d’escroquerie sémantique, moi, j’appelle ça «réserves du chef», personnellement.

Plus grave, Libération. Le journal de Jean-Paul Sartre, devenu d’abord feuille de chou branchouillette, puis torchon communautariste, s’offusque de ce que, je cite, Maryam Pougetoux soit «harcelée», l’association Lallab qualifiée «d’islamiste», Yacine Bellatar, qui passe son temps à insulter tous ceux qui ne parlent laïcité qu’avec une mosquée au bout de la langue, traité de «racialiste», (ce que, d’ailleurs,  tous ces gens-là revendiquent ! (Rappelons que pour Lallab, un noir qui viole une noire, c’est moins grave qu’un blanc qui viole une noire. Et un blanc qui viole une blanche? Hé ben, On s’en bat tout simplement les steaks, bien fait pour leur gueule, à ces colonnes.) Et, grenade sur la corne de gazelle, Libé est estomaqué du fait qu’on puisse, je cite,  «accuser Edwy Plenel d’avoir couvert Tarik Ramadan!»

Peut-être que le journaliste est tellement con qu’il a cru qu’on accusait Plenel de couvrir Ramadan comme un Imam salafiste couvre sa chèvre, qui sait ? Alors ? Merci à Laurent Bouvet. Et merci aussi à Céline Pina, courageuse ancienne député PS et militante de la laïcité, la seule, la vraie. La Charlie.

Et, quand sur un tractweet de la, je cite, «commune libre de Tolbiac», apparaît, je recite : «les étudiant.e.s de philosophie qui passait leur partiel», avec «passait»  écrit «ait», je me dis que, de deux bouses l’une: soit ces férus de la non sélection ont cru que c’est la philo qui passait le partiel, soit il faudrait remplacer «L1» par «CE1». Alors, moi qui aime les gros mots parce que je ne pense à rien d’autre qu’à déconner, (au sens figuré, pas au sens sale, faut pas dec non plus), moi, je dis: «vive la convergence», oui oui oui !!! La convergence des turlutes.

par Christophe Sibille

sibille-by-rodho

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette