Lettre à François, pape
Par Naqdimon Weil , le 25 septembre 2018

NAQDIMON fait son malin

Cher Monsieur Pape,

J’espère que vous allez bien, la famille, la petite santé, tout ça, tout ça et qu’il fait beau à Rome. Ici, le temps est correct pour un début d’automne, et à part mes apnées nocturnes, moi, ça va. Enfin, ça va, c’est vite dit, car j’ai un ulcère qui commence à gonfler sévère mais je vais y revenir, vous allez comprendre pourquoi c’est à vous que j’en parle. Parce que la dernière fois que je vous ai écrit, c’était rapport à vos propos sur les enfants qui auraient des tendances homosexuelles et qu’il faudrait emmener chez le psychiatre, mais comme je me suis fait recadrer par mes amis de Vraie Gauche avec des Vrais Morceaux d’Insoumis dedans, depuis, je fais vachement gaffe quand je m’adresse à vous.

Mais n’empêche, c’est bien à vous qu’il faut que je cause, Monsieur Pape, parce que c’est vous qui êtes le chef des curés de l’Église Catholique Apostolique et Romaine et que les Évêques de celle-ci viennent de dire ce qu’ils pensent de la PMA et de la GPA. Alors, je sais bien qu’ils n’ont qu’une voix consultative dans ce débat, que le Président Jupi… Emmanuel Macron veut « réparer le lien entre l’Église et l’État » et tout et tout, mais moi, je vous le dis tout net, cher Monsieur Pape, ça m’agace et c’est ça qui réveille mon ulcère. Et encore, quand je dis « Ça m’agace », je suis poli, parce qu’il faut toujours être poli avec un souverain étranger, fut-il pontife. Je vais vous expliquer pourquoi ça me scie les nerfs, la pensée de vos sous-Papes – je n’allais pas la manquer, celle-là, – et pourquoi j’aimerais mieux qu’ils restent dans leurs évêchés pour voir s’ils sont fermés de l’intérieur – et de deux, ça, c’est fait -.

Donc, vos copains en soutanes violettes viennent nous raconter leurs petites histoires en se fondant sur un bouquin vieux de 2000 ans, soi-disant parlant de la vie d’un gus dont on n’a pas la moindre trace historique et le tout sous le couvert de la parole de l’ami imaginaire que vous avez piqué aux Juifs et que les Musulmans ont récupéré en dernière main. Moi, personnellement, je n’ai rien contre avoir un ami imaginaire, c’est excellent pour développer le sens du rêve et l’esprit de camaraderie quand les copains de l’école vous battent froid. Mais dès qu’on a dépassé le CM1, en général, c’est fini, le lapin géant qui nous sauve des situations périlleuses ou le mini-dragon qui vous console d’être tombé du vélo repartent dans les méandres du cerveau et c’est aussi bien. Mais non, vous, les religieux de toutes obédiences, vous voulez garder le vôtre, un vieux barbu râleur qui compte vos pêchés assis sur un trône en nuage. Ce n’est pas grave, c’est un peu con, mais c’est votre choix, après tout. Sauf que c’est cet ami imaginaire qui vous dit quoi et comment penser. Et là, je dis stop. Moi, mon ami imaginaire, c’était Batman, mais je ne fonde pas ma vie morale sur les opinions supposées d’un millionnaire en collants noirs et oreilles pointues, ce serait idiot. Et surtout, je ne fais pas appel à ses BD pour intervenir dans le débat public.

Bon, d’accord, l’argument de l’ami imaginaire, Monsieur Pape, vous l’avez entendu 1000 fois et ça vous fout les abeilles. Alors, je vais vous dire autre chose, que vous allez comprendre. Ici, en France, on vit dans un État laïque. Ça veut dire que chacun croit ce qu’il veut comme il veut, mais que ça ne DOIT PAS influer sur les décisions de l’ État, et c’est très bien. Et voilà que les Évêques viennent nous causer de la manière dont on aurait ou on n’aurait pas le droit de faire de mômes, après nous avoir bavé sur les rouleaux à propos du marida. Et là, je dis stop. Ou alors, si c’est comme ça, si l’Église – ou toute autre chapelle – intervient sur la Loi, alors moi, citoyen, j’exige que l’État intervienne dans les lois des religions. D’abord, en Europe, il y a la parité, j’exige donc autant de femmes curés que d’hommes. Au nom des Droits de l’Homme, ce qui vaut bien la Bible. Et d’ailleurs, les curés doivent pouvoir se marier s’ils le veulent, sinon il y a immixtion de l’employeur dans la vie privée du salarié, ce qui est contraire à la loi. De plus, je veux que les églises soient fermées le dimanche, sauf ouvertures exceptionnelles comme n’importe quelle boutique de quartier. Et que les enfants de chœur soient rémunérés, ras le bol du travail dissimulé. Et j’en ai plein ma musette pour les juifs, les musulmans et les autres.

Non ? Ça ne vous va pas ? Ah oui, je comprends. Mais ce n’est pas moi qui ai commencé. Alors dites bien à vos copains évêques de France de bien fermer leur gueule. Sinon, ça vaut pas.
Bien le bonjour chez vous,

par Naqdimon Weil

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette