L’heure obscure
Par Naqdimon Weil , le 31 mars 2015

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

Quand une éclatante victoire masque un sombre complot…

Je ne voudrais pas que les lecteurs qui me font l’honneur de parcourir hebdomadairement ces modestes lignes avec bienveillance me prennent pour un moderne Cassandre du sexe fort, mais, malgré la revigorante et indiscutable victoire des forces de la Vraie France sur l’ignoble pensée solférinienne, je l’affirme bien haut ici, la Nation a été trahie et nul ne s’en est ému. Parmi mes estimés confrères éditorialistes, qui soulignent avec raison la magnifique et victorieuse campagne de Nicolas Sarkozy, digne des 100 jours de l’Empereur, je ne trouve pas écho à ma dénonciation des sombres manœuvres élyséennes qui se sont tramées dans l’ombre. Et c’est bien ce qui m’inquiète et me désole en ce matin de reconquête !

Hier soir, sur les plateaux de télévision, nous avons eu la joie de voir la mine défaite des responsables socialistes qui voyaient tomber les derniers bastions marxistes dans l’escarcelle de la Droite, nous avons aperçu la sobre et toujours élégante manière d’être des membres de l’UMP, courageux dans la défaite et nobles dans la victoire, ainsi que les mollassons Centristes, paresseux et inutiles bernicles benoîtement raccrochés à ce triomphe. Mais, à aucun moment, un journaliste n’a souligné que l’immense défaite gauchiste masquait la tentative de vol dont les bons Français ont été victimes ce week-end. Car, et je m’étonne que les esprits les plus fins de la classe journalistique n’aient pas relevé ce fait saillant, cette semaine fut celle choisie par l’infâme gouvernement Valls pour faire repasser la France à l’heure d’été. Et donc pour priver le citoyen hexagonal d’une heure de nuit en une période électorale, afin, n’en doutons pas, de profiter de ce manque de sommeil pour brouiller son choix politique et amoindrir la force de son vote.

Que l’on me comprenne bien. Loin de moi l’idée d’associer l’inutile satrape de l’Élysée avec cette nécessaire et raisonnable habitude du changement d’heure à l’arrivée du Printemps, car nous la devons au courageux gouvernement Chirac de 1976. Mais, et je le redis ici avec toute la force de ma conviction, cette pratique utilitariste a été détournée cette année de son but d’économie d’énergie par la camarilla socialiste, afin de correspondre à l’agenda électoral et ainsi tromper l’électeur, encore ensommeillé. Moi-même, au moment de mettre mon bulletin, l’œil embrumé encore par la nuit trop courte, j’ai bien failli me laisser avoir et glisser un bulletin socialo-écologiste dans l’urne ! Et beaucoup de mes amis des régions raisonnables s’étonnent et s’émeuvent du nombre suspect de voix gauchistes qui ont été trouvées lors des dépouillements dominicaux. Et bien, là est toute l’explication ! La défaite solférinienne n’a pas été la débâcle annoncée, la déroute attendue, car de nombreux électeurs ont été spolié d’une heure de sommeil et n’étaient pas au maximum de leurs capacités intellectuelles au moment du vote !

Mais, me demanderons les esprits forts, sur quelle preuve je fonde cette réflexion que d’aucuns pourraient qualifier de complotiste ? Et bien, sur la plus simple et la plus évidente des preuves. Pour que chacun se rappelle dans quel sens faire tourner ses aiguilles au changement d’heure, il existe cette charmante formule mnémotechnique : « en Avril, on AVance, en octobRE, on Recule ». Or, et c’est notoire pour tous, le passage à l’heure d’été 2015 a eu lieu en Mars.

Coïncidence ?

Certainement pas !

Et voilà encore ici dénoncée une tortueuse manœuvre socialiste, et non des moindres, que l’on pourra ajouter au décompte des crimes de Monsieur Hollande quand la France retrouvera sa liberté et qu’il sera jugé pour ceux-là !

La semaine prochaine, je vous démontrerai, graphiques et chiffres à l’appui, que la présence et les interviews d’allogènes dans les émissions de la télévision publique sont un déraisonnable surcoût pour son budget.

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette