L’historique du clitoris (2ème partie)
Par Christophe Sibille , le 29 octobre 2013

Christophe SIBILLE l’homme au micro

– A l’heure où son changement pour celle d’hiver semble être la préoccupation principale de nos compatriotes, et où la seule idée un peu mélancolique que ce marronnier bisannuel m’inspire est l’autorisation pour Nadine Morano de twitter lundi matin entre 2 et 3 heures.

– A l’heure du jour où des enculés de leur mère du « mariage pour tous », même si formant un couple norm… …, hétéro, pardon, font brandir un fruit jaune et légèrement oblong  à une adolescente de douze ans en lui ordonnant de brailler : « une banane pour la guenon » à l’intention de notre garde des Sceaux, je n’ai qu’un seul réflexe : mettre ma tête dans mes bras. Ou de plutôt joindre l’utile à l’agréable en lui trouvant une cache plus confortable. Et plus propre. Entre tes cuisses. Et, pour oublier tous les cons évoqués ci-dessus, pratiquer le seul acte vraiment empli de noblesse, et tellement égoïste dans son altruisme : m’occuper du tien.

A ceux qui ne partagent pas mon goût, (et encore moins le tien, diable merci), le tien), je livre à vos yeux les quelques vers suivants. Faites-en bon usage avec celle qui les mérite le mieux.

Bien à l’abri de l’air, dans ses replis nacrés
De pétales de roses très finement ouvrés,
Si facile à trouver, quand elle l’y sent pointer
Par l’amant maladroit trop souvent évité … …

O toi, qui veux finir avant de commencer,
Si passionnément tu n’aimes pas caresser,
Si tu n’es pas ardent du geste d’embrasser,
Si de ses soupirs, tu sais trop bien te passer,

Oublie ce lieu magique, fleur autant que bouton.
Il ne mérite pas tes assauts de gros con.
Réserve-les plutôt à celui de ta « Wii »

Tu es le plus balèze !! Quel homme, et quel carton !
Moi, je vénère un lieu sans compétition,
Le centre de son corps. Quand elle me hurle : « ouiii ».

par Christophe Sibille

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette