Maternité du Blanc
Par Christophe Sibille , le 6 novembre 2018

Christophe SIBILLE et sa lectrice

Le Blanc. Une ville de l’Indre. 7000 habitants. A taille humaine, avec un peu de tout: des écoles, des collèges publics et privés. Il y a même un lycée, et à la fois tous les hypermarchés dont vous avez besoin et quelques magasins biobios, pour ceux qui préfèrent se nourrir. La culture y est très présente, puisque c’est là qu’a été créé le jeu des mille francs, il y a exactement soixante ans. Et toutes ces preuves d’une civilisation humaine exhaustive ne le seraient pas, (exhaustives), sans la mention de l’existence d’une maison close, active jusqu’en 1947. Année ou Marthe Richard, ex péripatéticienne devenue bourgeoise, puis, curieusement, boucleuse de bordels elle-même, lui signifia son arrêt du cul. Son arrêt de petite mort, pardon, j’ai été grossier, mais j’arrête. Ceci-dit, j’avoue que, quand j’étais petit, je me suis posé la question de l’intérêt d’une loi qui visait à fermer des maisons qui étaient déjà closes avant.
Bref. Tu te demandes certainement pourquoi, (en dehors du fait de saloper à peu près le tiers de l’espace qui m’est imparti à concurrencer le «guide du routard» de Centre France, et même le guide du queutard pour finir) je te parle de ce lieu somme toute relativement anonyme. Ben, d’abord, parce que c’est ma chronique, je parle de ce que je veux, merde! Et, ensuite, parce que, et tu en as certainement entendu parler aux récentes infos, au Blanc, il y a une maternité. Enfin, il y avait. La macronie, Agnès Buzyn en tête, ayant décidé de la fermer. La maternité. Pas sa gueule. Hélas. Et de la fermer pourquoi? «Parce qu’elle serait dangereuse.»

Ah bon? Comment ça? Ma troisième fille est née là-bas il y a dix ans, elle va très bien, merci. Et j’avais même tout de suite été frappé par le côté attentionné, aux petits soins, du personnel de cette structure. «De proximité», quoi. Même si c’est le côté: «qualité» de l’endroit qui avait incité sa mère à aller lui donner naissance, puisqu’ à soixante-dix kilomètres de chez elle. (Ça s’était d’ailleurs, au passage, nettement moins bien passé pour sa grande sœur dans la «structure mère» de la ville-préfecture, dont dépend celle du Blanc.) Et la soi-disant «dangerosité» de la petite mat’ a été agencée de toutes pièces par la présidence de la grande. En imposant à la première des horaires de garde intenables, en oubliant de prévoir des remplacements de départ à la retraite pourtant prévus de longue date, en refusant d’engager des médecins tout prêts à y venir. Et, au bout du compte, en traitant par le mépris le plus total de Madame Buzyn les demandes désespérées de rendez-vous effectuées auprès d’elle par les personnels et les élus locaux.

Mais bon, il faut bien combler le trou créé par les vingt milliards du CICE. (Crédit impôt compétitivité EMPLOI, on rappelle.) Qui va être doublé cette année. Milliards qui permettraient d’en  créer des dizaines, de maternités. Et des écoles, et des crèches. Pognon de dingue, que not’bon «je fais de la politique autrement» distribue allègrement aux patrons des multinationales pour leur permettre de mieux licencier, et, après «dégraissage», de se barrer avec des tombereaux de suicides de dégraissés déguisés en stock options.

Ce n’est pas la maternité du Blanc, qui est dangereuse, M’sieur Macron. C’est votre ministre de la santé. Et votre Premier ministre…
496 emplois «équivalents temps plein» pour son seul service… 19 millions d’Euros pour les payer. Cinq hôtels particuliers, (4 millions par an), pour les loger. Plus encore quelques millions pour l’intendance.

Et vous. Bon, je ne vais pas vous accabler, vous avez, à vos dires, tellement sacrifié vos nuits pour mener «votre projet» que vous avez été obligé de vous farcir un pont en « relais et château » à 1500€ la nuit pour reposer vos yeux et votre corps martyrisés par les protestations honteuses des privilégiés d’en bas.

La Lanterne, Brégançon, Souzy-la-Briche, Rambouillet, parmi d’autres, c’est trop plouc pour vous? 8 millions d’€ par an, Elysée compris, hors frais de personnel, pour le con de tribuable. Et une quarantaine d’employés, uniquement pour les résidences secondaires. Pendant que les sages-femmes du Blanc occupaient leur hôpital. Je croyais, comme vous l’avez dit, que tous les français devaient se serrer la ceinture? Putain, merde, je viens de comprendre! On a élu un étranger! Pssssssssssssst … Moi, je peux vous arranger le coup!!!

Je vous trouve tous les papiers nécessaires pour prouver que vous êtes né à la maternité du Blanc, et vous la rouvrez? Tope-là!

par Christophe Sibille

sibille-by-rodho

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette